Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 17:47
Depuis hier, la Maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou abrite une semaine culturelle en hommage à la chanson kabyle ancienne.
L’initiative revient à l’Association culturelle Chérif Kheddam.
Le programme de cette manifestation culturelle est varié.
Ainsi, le professeur Mohamed Oubelkacem Kheddam animera une conférence autour du thème: «Le rôle de la chanson kabyle dans l’évolution de la langue amazighe». Une autre communication sera donnée aujourd’hui par Si Lhafid sur:
«La chanson kabyle pendant la révolution». De son côté, Hadjira Oubachir communiquera sur la chanson féminine d’expression kabyle. Abdennour Abdesselam et Youcef Merahi auront aussi à intervenir lors de ces journées culturelles.
En parallèle, des animations artistiques sont au menu avec des présentations de troupes traditionnelles, Idebalen, Izlane et témoignages de femmes, expositions et projections de films, gala artistique, une table ronde avec les artistes honorés, des récitals poétiques, une pièce de théâtre par la troupe Aghenjour et des chorales.
Repost 0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 08:36

Cette fresque historique sera tournée essentiellement en Algérie par le réalisateur Rachid Benhadj.

 

Après le feuilleton, place au film. En effet, un projet de long métrage cinéma sur l’héroïne berbère Lala Fatma Nsoumer, sera prochainement mis en scène par le réalisateur algérien installé en Italie, Rachid Benhadj.

C’est la ministre de la Culture, Khalida Toumi, qui aurait donné son accord pour l’octroi d’un budget de plusieurs dizaines de milliards de centimes pour le financement de cette fresque historique qui sera tournée essentiellement en Algérie. Lors d’une rencontre en aparté avec le réalisateur, la ministre a exigé que le film soit tourné avec une comédienne de rang international pour la promotion de l’histoire de l’Algérie et surtout vanter le patrimoine culturel berbère à travers le monde. Et c’est Isabelle Adjani qui aurait été proposée par la ministre de la Culture au réalisateur.
La comédienne, ayant participé à l’ouverture du Panaf, aurait été approchée par la ministre de la Culture et même convaincue par des personnalités haut placées pour accepter la proposition. Il y a de fortes chances que l’actrice franco-algérienne accepte de participer pour la première fois à une production algérienne et de tenir le rôle de Lala Fatma Nsoumer.
D’origine kabyle, elle possède le physique et le teint de l’héroïne selon certains observateurs et spécialistes. L’incarnation par Isabelle Adjani du rôle d’une des plus importantes figures de l’histoire algérienne servira à coup sûr l’image de l’Algérie et de sa culture dans le monde. Quant au choix du réalisateur Rachid Benhadj, il n’est pas fortuit aussi. Khalida Toumi a des affinités avec l’Italie, (qui lui a offert sa première consécration internationale) elle compte sur Rachid Benhadj pour peaufiner ses relations en Italie, en vue de la participation des Italiens dans l’organisation du futur Festival international d’Alger. Rachid Benhadj est un réalisateur très discret, connu en Algérie pour avoir réalisé un film émouvant sur la vie d’un handicapé dans le désert Louss. En 1992, il réalise Touchia, qui obtient en 1994 le Prix du public au 4e Festival du cinéma africain de Milan et c’est en Italie qu’il décide de s’installer pour fuir le terrorisme. Là-bas, il réussit très facilement à s’intégrer. Très connu sur la place internationale, il avait notamment tourné avec Vanessa Redgrave, Franco Nero et Gérard Depardieu le film Mirca, une fable sur l’innocence de l’enfance dans les Balkans.
En 2004, il adapte le livre Le Pain nu (El Khoubz el hafi) du romancier marocain Mohamed Choukri, avec Saïd Taghmaoui. Il est également professeur de réalisation dans une école à l’Académie de Cinecittà Act Multimedia à Rome. Selon certaines indiscrétions, le tournage du film commencera au début de l’année de 2010, et sera produit par l’Algérie et l’Italie. Cette oeuvre sera sûrement tournée en français et doublée en arabe et en Kabyle. Le réalisateur, qui bénéficiera d’un budget conséquent pour le tournage, notamment des batailles, installera sa caméra en Algérie ou probablement au Maroc où il y a plus de facilités pour tourner des films historiques.

source: l'expression

Repost 0
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 00:33
C’est le chanteur-compositeur Djamel Laroussi qui a eu l’honneur de réaliser le magnifique jingle du 2e Festival panafricain. Djamel Laroussi qui est inspiré de la chanson Ana Horra Fi El Djazair que Meriem Makeba avait chantée lors du 1er Festival culturel panafricain de 1969 pour réaliser le jingle du 2e Festival panafricain qui a été concu pour qu’il soit vu et écouté pendant les audiences de grande écoute , autrement dit avant le journal de 20 heures. Mais ce qui m’énerve ces jours ci, puisque je zappe vers l’unique rien que pour ne pas rater les quelques secondes de bonheur à voir et écouter le beau jingle du 2e Festival panafricain.
le comble avec les techniciens de la télé algérienne, qui nous le coupe toujours au milieu, puisque arrive toujours l’heure de diffuser le journal…et la question que je me pose..y ‘a ils que des nases a la télé pour ne pas donner de l’importance au temps qui se gère normalement en professionnel puisque il coute de l’argent ou alors c’est comme d’habitude, on se fout, ils se disent entre eux personne ne va rien remarquer et pourtant nous sommes des milliers d’algériens a attendre la diffusion de ce jingle parce que c’est de l’art, et c’est tellement bien foutu.
Sinon pourquoi se casser la tète a aller commander un travail qu’on se met à triturer après pour éviter sa diffusion de manière intégrale, c’est a n’y rien comprendre.
A noter enfin que Djamel Laroussi est connu pour son tube Ya Djilali qui avait été à la tête du Top 50 de Radio El Bahja, et son album Etoile filante pendant six mois à la première place du hit parade algérien. Djamel Laroussi, ce grand musicien qui joue presque de tous les instruments, a le don de jouer merveilleusement de la guitare. Son succès, il le doit à son art de composer des musiques en se promenant allégrement entre le blues, le jazz, le gnawi et le Chabbi.
La musique de Djamel Laroussi est comme un arc-en-ciel. Les tons et les rythmes se mêlent en douceur pour sortir dans des rythmes bien vivants. D’ailleurs le choix de Djamel Laroussi pour la composition du jingle du Panaf n’est pas fortuit. Ce talentueux artiste a déjà été appelé à représenter l’Afrique au festival de la musique universelle de Duisburg en Allemagne en 1999. Auparavant, en 1998, l’une de ses chansons a été choisie pour la compilation New African World Beat avec les plus grands chanteurs africains, notamment Youssou N’dour et Salif Keita. Ses tournées l’ont mené à travers plusieurs pays tels que la Suisse, l’Allemagne, le Mexique et les Etats-Unis.
Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 05:41

 

 

Fixée officiellement au 8 juin, date-anniversaire de l’assassinat de Ali Maâchi, la Journée nationale de l’artiste sera célébrée  à Béjaïa  avec un petit  retard mais avec un grand panache.

La wilaya organise,  cet après-midi,  à la Maison de la culture, une cérémonie d’hommages à plusieurs hommes de culture,  natifs ou originaires de la région de Bejaïa. Pas moins de 21 personnalités, vivantes ou décédées,  du monde des arts et de la culture seront honorées.

D’autant  que  Jean et Taos Amrouche sont sur les tablettes des autorités. Les deux écrivains, natifs d’Ighil-Ali, recevront, à l’instar des autres,  un hommage des plus officiels puisque c’est le wali lui-même qui présidera à ces cérémonies. Un fait inédit ! Les deux personnalités de confession catholique sont l’objet d’une  défiance ambivalente de la part du pouvoir.  La célébration, voilà trois  ans, du centenaire de la naissance de Jean-El Mouhoub par une association d’Ighil-Ali a été marquée par un superbe mépris des autorités tandis qu’on ne sait toujours pas quel nom porte la Maison de la culture de Bejaïa, siège des célébrations. Alors qu’un panneau apposé par le mouvement citoyen, sur le fronton de cette bâtisse, demeure toujours en place, le  décret de baptême  officiel  n’est toujours pas pris, quand bien même le ministre de la culture s’appelle Khalida Toumi, militante   féministe et laïque s’il en soit.

 C’est dire la force du déni  officiel à l’égard de ces deux personnalités, aux multiples  contributions,  véritablement maudites dans leur propre pays.

La cellule de communication de la wilaya présentera un reportage-vidéo sur la vie et l’œuvre de Cheikh Saddek Bejaoui et un autre sur Youcef Abdjaoui. Ce sera aussi l’occasion d’un clin d’œil à la Palestine.  Un stand palestinien sera érigé tandis que des artistes-plasticiens devraient exécuter une fresque collective sous la thématique d’ "El-Qods, capitale de la culture arabe 2009".  L’art  n’ayant  décidément pas de frontières…

 

Repost 0
5 avril 2009 7 05 /04 /avril /2009 21:02

                                      
Le candidat du parti «AHD 54» à l'élection présidentielle, M. Ali Fawzi Rebaïne, s'est engagé samedi à Bouira à oeuvrer à la promotion de la langue amazighe et à la protection du patrimoine culturel «qui incarne la mémoire collective de la nation.»

Lors d'un meeting populaire animé au Théâtre communal de Bouira, M. Rebaïne a promis de promouvoir et de consacrer la langue amazighe en tant que «l'une des constantes de la nation algérienne» à travers un décret présidentiel. Il a indiqué avoir plaidé pour cette question depuis 1980, soulignant qu'»il est temps de cesser l'instrumentalisation de la langue amazighe pour duper le peuple». M. Rebaïne a également affirmé qu'il oeuvrera à la protection du patrimoine culturel national à travers notamment la promotion de l'artisanat et le soutien du mouvement associatif activant dans ce domaine. Le candidat du parti «AHD 54» a, par ailleurs, évoqué les réformes qu'il envisage d'apporter dans les secteurs de l'éducation et de la justice et les mesures visant à assurer la relance de l'économie nationale. Evoquant le chômage, il a relevé que «l'absence d'une structure officielle pour le recensement des chômeurs et l'analyse réaliste de la situation a fait que les chiffres fournis à ce sujet sont remis en cause». A cet égard, il a appelé les citoyens à oeuvrer au changement de la situation par «des moyes pacifiques» notamment à travers une forte participation au scrutin de jeudi prochain qui constitue «un tournant décisif pour le peuple algérien et pour le pays». Il a déploré, par ailleurs, «le fait de ne pas avoir été associé aux préparatifs du scrutin pour ce qui concerne la communauté algérienne à l'étranger». Dans le même cadre, le candidat s'est interrogé sur la raison de la non installation d'une commission de surveillance de l'élection présidentielle à l'étranger, soulignant que «le problème de la fraude se pose aussi bien à l'étranger qu'en Algérie».

 

Source le Quotidien d’oran

Repost 0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 06:58

La mise en service du barrage Koudiat Acerdoune qui desservira le versant sud de la wilaya de Tizi-Ouzou en eau potable est prévue pour le premier semestre de l’année 2010, a indiqué le directeur de l’hydraulique de la wilaya, M. Abbas, hier en marge des portes ouvertes tenues au niveau de l’Algérienne des eaux (ADE) de la ville des Genêts.


La manifestation a été initiée à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’eau coïncidant avec le 22 mars de chaque année.

Un secteur  qui malgré les moyens mis en place, connaît encore des problèmes relatives aux innombrables fuites d’eau enregistrés travers la wilaya.

“Actuellement, le barrage est fermé pour lui permettre de se remplir”, précise M. Abbas. Autrement dit, le projet de réalisation de ce barrage qui viendra renforcer les infrastructures destinées au secteur, est achevé.

Voilà donc bien ce qui ne peut que réjouir la population de la région sud de la capitale du Djurdjura qui vit, il est vrai, le calvaire au quotidien à cause de l’indisponibilité de l’eau. La livraison de cet important projet qui s’est fait d’ailleurs attendre permettra à coup sûr à ces habitants de voir enfin le bout du tunnel. Il est à noter que le barrage alimentera 10 communes et 184 villages pour une population de 221 000 habitants. L’autre nouveauté annoncée hier, par le premier responsable du secteur de l’hydraulique de la wilaya de Tizi-Ouzou est relative au raccordement imminent des communes du versant nord au barrage Taksebt. Une nouvelle qui fera certainement grandement plaisir aux citoyens de la région. Selon, M. Abbas, l’avis d’appel d’offres pour la réalisation de cet autre projet sera lancé ce mercredi. “Le projet sera partagé en lots. Nous avons décidé de procéder ainsi afin de gagner du temps”, dira le directeur de l’Hydraulique expliquant que plusieurs entreprises peuvent intervenir chacune en prenant en charge le lot particulier. Sept communes dont Tigzirt, Azeffoun, Boudjima, Makouda... seront desservies par ce projet qui alimentera, en outre 177 villages, couvrant un besoin estimé à 21 000 mètres cubes par jour. Avec le renfort de choix qui se concrétisera avec la mise en service de ces deux projets, la wilaya de Tizi-Ouzou sera certainement à l’abri en matière d’eau. Actuellement le taux de satisfaction dans la wilaya est évalué à 67%.

 

Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 05:42

Après cinq jours d’activités, la 5e édition du Concours national de la chanson amazighe, organisé par l’association culturelle Tharwa N’Gaya du village Redjouna, a été clôturée, mercredi dernier, à Tizi Ouzou, avec la consécration de la chanteuse Sonia Outaleb comme meilleure participante de la manifestation.



Sonia Outaleb décroche le premier Prix

 

Elle a en effet décroché le premier Prix de ces joutes. Agée seulement de 16 printemps, cette lycéenne des Ouadhias s’est ainsi distinguée de fort belle manière devant des concurrents venus des différentes wilayas du pays. Elle a chanté des textes admirables et fascinants qui ont ébloui l’assistance, surtout lorsqu’elle a interprété des morceaux de musique qui concordaient parfaitement avec un style intimement inspiré des œuvres de la chanteuse Nouara. En somme, Sonia vient de laisser une bonne impression, d’autant plus qu’elle a su comment sortir de l’anonymat et faire parler d’elle, puisque son passage sur scène a subjugué aussi bien l’assistance que les membres du jury. Par ailleurs, notons que le deuxième prix du concours a été décerné au groupe La Relève de Bouira, qui a pris part à ce rendez-vous avec sept artistes. Pour ce qui est de la troisième place de la manifestation, celle-ci a été décrochée par le groupe Dehia de Khenchela, tandis que le prix spécial jury a été remis à la troupe Gnaoua Berbère de Draâ El Mizan. Imenza des Ouacifs et le groupe Casbah d’Alger ont présenté respectivement le meilleur texte et mélodie du concours.

« Le concours a été une véritable réussite de par l’impact suscité dans la région. Nous avons donné la chance à nos jeunes de mettre à profit leur talent. Ils ont eu aussi l’occasion de prendre part à une formation sur la musique organisée à l’occasion sous la coupe de Ali Itim, inspecteur de musique. A l’issue du concours, nous avons également élaboré une série de recommandations. Celles-ci consistent, entre autres, en la nécessité d’ouverture d’un institut de musique dans la wilaya de Tizi Ouzou pour la formation de nos jeunes talents », a déclaré le président de l’association Tharwa N’Gaya, Youcef Radji. Et d’ajouter : « Nous souhaitons que le concours soit désormais institutionnalisé au niveau du ministère de la Culture, car il contribue continuellement à la détection des jeunes talents qu’il fait souvent sortir de l’anonymat. C’est un événement qui se veut comme une courroie pour faire émerger de nombreux chanteurs prometteurs qui ne cherchent qu’un cadre organisé pour s’affirmer. Je voudrais aussi dire que nous allons accompagner le lauréat du concours dans toutes ses activités, une manière pour nous de l’encourager. » Le concours étant clôturé, le rendez-vous est d’ores et déjà donné pour la prochaine édition.
source :journal el watan

Repost 0

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives