Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 08:31

Le train Tizi-Ouzou-Alger sifflera de nouveau à partir de dimanche prochain. C’est ce qu’a indiqué le ministre des Transports, Amar Tou, lors de sa visite effectuée dans la capitale du Djurdjura hier.

Le ministre a d’ailleur fait le voyage Alger-Tizi à bord de ce même train en guise d’ouverture officielle de cette voie ferrée. “Ce train Tizi-Alger sifflera à partir de dimanche 19 juillet”, a indiqué Tou. Deux navettes sont prévues chaque jour, pour ce train qui démarrera de Tizi-Ouzou, le matin, à 6h et arrivera à destination à 8h. La seconde rotation aura pour point de départ la gare Agha d’Alger à 16h 30 l’arrivée s’effectuera à 18h30. Trois arrêts sont au programme sur l’itinéraire du train, celui-ci s’arrêtera, en effet, à Thénia et Boumerdès. “Libre à celui qui veut changer de train ou de destination. Le train de Tizi ira jusqu’à Alger”, a déclaré le ministre. Le prix du ticket pour le voyage est arrêté à 120 DA, soit le même prix que le bus et pour la même destination sauf qu’avec le bus, faut s’attendre à des embouteillages et le voyage ne peut qu’être confortable. Pour dire que le retour tant attendu de ce moyen de transport soulagera certainement la population locale. Il est à noter que cette ligne ferroviaire inaugurée donc hier, par Amar Tou a été fermée en 1996 pour des raisons sécuritaires et autres.

 

La voie ferrée Tizi-Oued-Aïssi dans 3 mois

 

Annoncé à 11h, le ministre n’est arrivé à Tizi-Ouzou qu’à 14h30, au grand dam du petit monde qui l’attendait plus de deux heures, sous une chaleur suffocante, au niveau de la gare Kaf-Nâadja, une gare qui fut d’ailleurs la première halte marquée par Tou dans la wilaya de Tizi-Ouzou, avant de se rendre sur deux autres sites du projet relatif à l’extension de la ligne ferroviaire vers Oued-Aïssi. Ainsi, le ministre a eu à constater l’état d’avancement de cet autre projet, un projet qui tarde à voir le jour “yeteled ur deykcem” comme on dit en kabyle. Pas moins de six kilomètres de pose de rails reste encore à effectuer sur ce chemin.

Cela à cause d’un différend révélé hier au ministre entre l’entreprise en charge du projet et le maître d’ouvrage, la SNTF en l’occurrence. “Un différend purement technique”, nous dit-on. De son côté, le ministre a assuré qu’il a arraché l’engagement des deux antagonistes pour livrer l’ensemble du projet dans les mois à venir.

Autrement dit, il est à souligner que la ligne ferroviaire Tizi-Oued-Aïssi sera opérationnelle au plus tard le mois d’octobre prochain. Voilà donc bien ce qui ne peut que réjouir les citoyens de la région en attendant la réalisation du projet d’extension via Tamda et Fréha, actuellement en cours d’étude.

source: Depeche de kabylie

Repost 0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 05:49

La ligne ferroviaire Tizi Ouzou-Alger sera réactivée dans les «prochains jours», a annoncé hier le directeur du transport de Tizi Ouzou. «Les essais techniques réalisés la semaine dernière sur cette ligne ont été concluants», a affirmé ce responsable dans un point de presse animé au siège de sa direction.

Il a ajouté qu'une enveloppe de près de 43 milliards de DA a été nécessaire pour le parachèvement des travaux de modernisation de l'itinéraire de cette ligne, s'étendant de la ville de Thenia à Boumerdès jusqu'à Tizi Ouzou.

S'agissant de la nouvelle ligne reliant Tizi Ouzou à la banlieue de Oued Aissi, sur un axe de 14 km de distance, le directeur du transport a signalé sa mise en service, attendue, pour la «fin du mois d'octobre prochain». Le taux d'avancement des travaux de réalisation de cet investissement  de 13 milliards de DA est estimé à 78%, selon la même source. Cette ligne englobe deux ouvrages d'art actuellement en cours de concrétisation, a-t-il précisé.

source : Le temps

Repost 0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 07:58

Tizi Ouzou arrive première en taux de réussite aux examens du baccalauréat 2009 avec un taux de 58,99%. Sur les 13.803 candidats qui ont postulé, 7107 ont décroché le fameux sésame qui leur ouvre les portes de l’université pour des études supérieures. Ce résultat pour le moins très satisfaisant est incarné par le lycée Ouarzeddine Achour de Tizi Ghennif où le taux de réussite a atteint les 90, 27%, C’est le premier lycée au niveau national et au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou. Les candidats dans cet établissement ont réussi des exploits record en obtenant quatre mentions «très bien» et 99 mentions «bien». Par ailleurs, les détenus de la Maison d’arrêt de Tizi Ouzou n’ont pas dérogé à la règle générale. De très bons résultats ont été obtenus par les détenus qui ont passé les épreuves en candidats libres. De ce côté, le taux de réussite a atteint 75%. Sur les soixante postulants, quarante-cinq ont décroché la clé pour des études supérieures qui leur permettront sans nul doute de réintégrer la vie active après leur sortie.

Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 23:47

L'exécutif communal de l'assemblée populaire de la commune du chef-lieu de wilaya de Tizi Ouzou a été reconstitué, dans l'après-midi d'avant-hier, lors d'une assemblée générale à laquelle avait assisté la majorité des élus. Ainsi donc, le P/APC de Tizi Ouzou, Mohamed Belhadj, après plusieurs tentatives vaines, a réussi

, enfin, à reconstituer son exécutif qu'il avait dissous, il y a plus d'un mois, à la demande de la majorité des élus qui contestaient la gestion du premier vice-président et le président de la commission sociale qui ne figurent pas, d'ailleurs, dans le nouvel exécutif. Ces deux élus FLN exclus de ce nouvel exécutif,  ont été remplacés par Djamel Charnai et Djabara Djaâfar, élus FLN, respectivement aux postes du premier vice-président, chargé de l'administration et des finances, et du président de la commission sociale. Les deuxième et troisième vice-présidences ont été reconfiées à leurs anciens titulaires, à savoir  Ahmed Ben Amara, élu RCD, (2e) et Madame Kacimi Rosa, élue RND (3e).

La quatrième vice-présidence, chargée de la ville et des relations extérieures, qu'occupait dans l'ancien exécutif, M Charnai qui a été promu au poste de premier vice-président, est confiée dans ce nouvel exécutif à Abdelkrim Debiane, élu sur une liste indépendante. Hormis Nacer Ould Chikh qui a été remplacé à «sa demande» à la tête de la présidence de la commission sociale par un autre élu FLN, à savoir

Djabara Djaâfar, tous les présidents des autres commissions ont été reconduits dans ce nouvel exécutif qui a, du reste, du pain sur la planche, eu égard au retard cumulé durant tout le temps qu'aura duré le blocage de l'APC.  M.Belhadj qui s'est dit ravi de cette sortie de l'impasse est conscient de la masse du travail qui attendait tous les membres de l'exécutif qu'il a d'ailleurs exhorté à se mettre tout de suite au travail et à placer l'intérêt de la commune et sa population au- dessus de toute considération. 

source: le temps

Repost 0
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 13:09

Nous apprenons de sources sûres qu’un réseau de prostitution a été démantelé dans la nuit de mercredi à jeudi derniers à Ouaguenoun. Un important réseau, doit-on dire, puisque celui-ci est composé de 24 personnes dont 22 femmes et les deux propriétaires «des locaux transformés en lieu de débauche».

C’est principalement pour ce chef d’inculpation retenu contre eux que les deux individus ont été arrêtés, précise notre source, indiquant que les locaux en question sont implantés dans deux endroits différents, sans pour autant donner plus de précision. Il s’agirait, ajoute la même source, de deux bars clandestins.

Quoi qu’il en soit, le groupe a été arrêté vers 3 h dans la nuit de mercredi à jeudi derniers. Les services de la sécurité de la wilaya de Tizi Ouzou, auteurs de ce coup de filet, ont agi sur renseignement indiquant l’existence de ces lieux de débauche.

L’assaut a été donc donné au petit matin de jeudi permettant l’arrestation de ces 24 personnes lesquelles seront présentées, selon nos informations, aujourd’hui devant le procureur.

Elles auront à répondre donc aux chefs d’inculpation de constitution d’un réseau de prostitution, ouverture d’un bar sans autorisation, création de lieu de débauche…, croit savoir notre source.

Ce n’est pas le premier réseau du genre qui a été démantelé dans la wilaya de Tizi Ouzou. Au début du mois de mai dernier, douze femmes de mœurs légères ont été appréhendées à Maatkas lors d’une opération ayant visé un lieu aménagé en débit de boissons servant également de lieu de débauche.

Le mois d’octobre de l’année dernière, huit personnes dont quatre femmes ont été également appréhendées à Timizar Loghbar.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la prostitution et la prolifération des lieux de débauche sont devenues des pratiques qui prennent des proportions non négligeables à Tizi Ouzou et dans ses différents localités.

 

Source :la dépeche de Kabylie

Repost 0
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 07:55

L’assemblée générale extraordinaire de l’APC de Tizi-Ouzou à laquelle a appelé le maire pour cet après-midi est très attendue. Avant de procéder au “remaniement de l’exécutif et des commissions”, points portés à l’ordre du jour mentionné sur les invitations adressées aux élus, il sera certainement question de rattraper la “bourde” commise lors de la dernière assemblée durant laquelle le maire s’est contenté de prononcer verbalement “la dissolution de tous les organes de l’APC.”

Depuis, l’APC patauge dans un bourbier sans nom. En effet, l’annonce de la dissolution a été bel et bien prononcée par le maire. Mais faute de n’avoir pas pu faire voter la décision, des élus ont vite fait de tout remettre en cause puisqu’une délibération n’a pas suivi. C’est ce qu’ils lui ont bien précisé dans un courrier qui lui a été destiné. Et voilà que le maire consent à convoquer une nouvelle assemblée générale extraordinaire avec au menu : “Remaniement de l’exécutif et des commissions”. C’est du moins ce qui est porté sur les invitations dont ont été destinataires les élus. Tout à fait le même ordre du jour prévu lors de la précédente AGE. Sauf que lors de cette dernière, il n’y a point eu de remaniement. L’AG qui s’est bouclée en queue de poisson n’a rien sanctionné. Cela n’a pas empêché le maire de lorgner en solo du côté du groupe des douze élus contestataires qui réclament le départ du 1er vice-président et du président de la commission sociale, et en compagnie de ces deux derniers du côté des élus du FFS pour tenter de former un nouvel exécutif. En clair, et avec des mots directs, le maire a “tenté de jouer double jeu…” En effet, il est de notoriété publique que le maire était en contact avec le groupe des élus frondeurs, et en même temps a été aperçu partager des tables en privé avec certains élus du FFS. Avec le premier groupe, il négociait un nouvel exécutif sans ses deux fidèles “indésirables”, et avec les seconds il pensait parvenir à un deal pour ne pas s’en séparer… Mais les pourparlers avec les élus du FFS, particulièrement ceux avec qui un contact direct a été établi dans ce sens, ont vite fait de s’avérer peu réjouissants pour lui. Ce qui l’aurait sans doute amené à renouer contact avec les douze élus contestataires dont, doit-on rappeler, trois du FLN, trois indépendants qui depuis ont rejoint le FLN, deux du RCD, et quatre du RND. Juste pour la précision : le RCD en compte quatre, mais il se trouve que le groupe s’est disloqué

entre deux : d’un côté, deux élus plutôt plus "complices" avec le maire, le 1er vice président, et le président de la commission sociale, et de l’autre les deux autres dont le 2e vice-président engagés avec les protestataires. La précision faite, c’est dans cet esprit donc que le maire a convié dimanche dernier les élus de son parti, le FLN pour trancher une “position maison” avant tout. Peu d’informations ont pu filer sur ce qui a été dit, mais des indiscrétions révèlent que la réunion s’est tenue sans la présence des deux élus montrés du doigt, à savoir bien entendu le 1er vice-président et le président de la commission sociale. Un détail de taille qui, à défaut d’une ruse, renseigne sur les intentions nouvelles du maire… Ainsi, à en croire des bribes d’informations, le maire pourrait bien reconduire le même exécutif avec pour seul changement la désignation d’un nouveau 1er vice-président.

 

Un autre épisode des scandales qui ont secoué l’APC de Tizi-Ouzou. Autant dire que le nouvel exécutif qui sortira de la réunion de cet après-midi, si bien sûr il venait à être désigné, aura sans doute plus de mal à réhabiliter l’image de l’APC qu’à gérer les affaires courantes…

 


source:la depeche de kabylie
Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 07:46

Au moment où l’exécutif est ébranlé par une grave crise interne, l’APC de Tizi-Ouzou récidive avec un autre scandale d’une autre nature. Ainsi, quelque 90 femmes et 130 hommes, tous fonctionnaires à l’APC de Tizi-Ouzou, viennent d’être destinataires d’une convocation émanant du procureur de la République près le tribunal de Tizi-Ouzou. Ils doivent répondre à ces convocations dimanche prochain. Les griefs retenus contre ces fonctionnaires sont : faux et usage de faux, falsification de documents administratifs, vente d’imprimés d’extrait d’acte de naissance à 500 DA, ainsi que la falsification du registre d’état civil, comme les actes de mariage
source:la depéche de kabylie
Repost 0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 19:02

On a pu suivre collectivement la rencontre grâce à un écran géant.

Suite à la victoire de la sélection nationale sur son adversaire égyptien, les villes et villages de la wilaya de Tizi Ouzou ont vécu, pendant toute la nuit, de grandes scènes de liesse et de joie. La fête était grandiose dans la ville des Genêts. Des centaines de milliers de citoyens ont suivi la rencontre via des dizaines d’écrans géants installés à travers les villes et villages.
Cela fait des décennies que la rue tiziouzouenne n’a pas vécu des moments de joie pareils à ceux qui ont suivi la fin de la rencontre de dimanche. Il faut signaler également, l’engouement et le grand emballement qui l’ont précédée. Au centre-ville, les habitants des cités, à l’instar de celle des Bâtiments bleus, les habitants ont éteint les postes de télévision dans leurs foyers. La cour de cette grande agglomération était devenue l’espace d’une rencontre, un véritable stade olympique. On a pu suivre collectivement la rencontre grâce à un écran géant.
Quelques jours avant le match, les jeunes de la cité ont procédé à une quête pour louer cet appareil Data Show pour s’offrir des moments d’ambiance inoubliables. Plusieurs rues de la ville des Genêts ont fait pareil. Après la rencontre qui a vu les Verts prendre le dessus sur les Pharaons, la grande rue a été envahie par les populations. Les services d’ordre ont eu du mal à maîtriser ce flux de population en liesse. Les klaxons des véhicules, les youyous et les fumigènes ont bloqué toutes les artères pendant deux bonnes heures. Si la ville de Tizi Ouzou a vibré au son des disc-jockeys, l’espace d’une nuit, les villages et les villes limitrophes n’ont pas manqué de connaître de moindres scènes de joie. A Draâ Ben Khedda, trois écrans géants ont permis aux familles de suivre la rencontre dans une ambiance conviviale et festive.


La victoire a déclenché une espèce de transe qui a vu tous les habitants sortir dans les rues. C’était la grande fête dans toutes les villes de la wilaya. Les gens se sont remémorés les scènes de la Coupe du monde d’Espagne en 1982.
Dans une maison étaient regroupées des dizaines de familles pour suivre l’EN. Les mêmes scènes se déroulaient dans les cafés. Les trois buts de la rencontre ont produit le même climat que celui du match face à la République fédérale d’Allemagne (RFA). Jusqu’à une heure tardive de la nuit, les villages et les villes étaient entrés dans des moments de joie fabuleux.
A Azazga, Tizi Rached, Tadmaït, Tigzirt, les Ouadhias, Béni Douala, la victoire de l’équipe nationale a été fêtée comme un événement irréaliste. Hier matin, les discussions étaient essentiellement concentrées sur l’exploit des Verts qui se sont ouvert les chemins de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Il faut rappeler aussi que depuis la prodigieuse victoire sur l’Allemagne, les Algériens n’ont depuis, pas goûté à cette ambiance festive mêlée au sentiment de fierté de soi. Le passage de 1986 au Mexique n’a pas été à la hauteur des attentes mais, pourquoi pas en 2010?

 

source; l'expression

 

Repost 0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 08:11

Cent quatre-vingt villages sur les 1 400 que compte la wilaya de Tizi-Ouzou sont classés zones à risque des feux de forêts. Cela a été communiqué hier lors d’une réunion consacrée à la préparation de la saison des grosses chaleurs et lors de laquelle, il a été procédé à l’installation d’un comité de wilaya de prévention et de lutte contre les feux de forêt.

Ladite réunion a regroupé toutes les directions de l’exécutif de wilaya, pour dire que tout le monde est concerné par le problème d’incendie. La saison dernière les feux ont ravagé par moins de 2 700 hectares causant une perte estimée à 151 millions de dinars.

C’est pour éviter de telle catastrophe que les pouvoirs publics semblent déployer leurs efforts. La direction des forêts a mené une investigation à travers tous le territoire afin de mieux le connaître et le cerner. Une carte à été établie sur les zones selon les degrés à risque évalués avec une échelle de quatre niveaux. Au niveau 4, 37 villages sont considérés comme des zones à haut risque.

Ils se trouvent dans les communes Aghrib, Aït Yahia Moussa, Iflissen, Azefoun, Yakouren et Zekri. Par ailleurs et dans le but de contrecarrer les feux de forêts, la wilaya de Tizi-Ouzou a mis en place un dispositif qu’on peut qualifier d’impressionnant puisque celui-ci est composé de quelques 2 000 agents, 215 engins en plus de 6 brigades mobiles. 23 points d’eau seront également réquisitionnés dans la même perspective. Il y a lieu de signaler aussi qu’il a été procédé à l’ouverture de 40 km de pistes destinées à faciliter l’accès dans les zones fortement boisées. Parallèlement à cette action, une initiative a été prise concernant le reboisement des zones détruites durant les deux dernières années. Il a été procédé ainsi à l’implantation de plus de 1 000 hectares avec des oliviers, figuiers, et autres arbres fruitiers.

Intervenant lors de la réunion qu’il a lui même présidée, le wali a insisté sur la nécessité que les éleveurs de bétail et l’ensemble des fellahs déclarent leurs biens aux assurances.

Pour lui, il n’est plus question que les services publics prennent en charge, à leur compte, toute perte causée par les feux de forêt. Notons que dans son registre, 572 fellahs ont bénéficié de l’opération de l’implantation, dans 60 villages relevant de 15 communes.

source : La Dépeche de Kabylie

 


Repost 0
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 00:46

L'extraction de sable prend de l'ampleurL'Oued Sébaou en danger
Le lit d’oued s'est enfoncé de près de 4 m en 20 ans et cela risque de continuer au rythme des extractions actuelles.» C'est la conclusion d'un géologue qui a observé l'évolution de ce cours d'eau, qui fournit 60% des besoins en eau de la wilaya et qui est menacé par deux phénomènes : la pollution et l'assèchement.

Après plus de deux décennies de laisser-aller, le cas de l'Oued Sébaou est de nouveau posé par ses possibles répercussions sur la santé du citoyen et l'approvisionnement en eau des ménages.

Les risques de pollution de ce réservoir naturel, qui fait office de pourvoyeur stratégique en ressources hydriques depuis l'indépendance, sont encore une fois mis sur le tapis avec l'acharnement quasi quotidien mis pour décaper la mince couche de sable qui sert de filtre naturel à l'eau qui alimente la nappe phréatique située en dessous du lit d’oued.

Les conséquences sont annoncées comme dramatiques : l'eau perd de sa pureté et les traitements faits au niveau des réservoirs, à coup de quintaux de chlore, n'auront qu'un effet secondaire sur la qualité de la ressource, les berges de l'oued s'effondrent de manière cyclique en absence de programmes de retenue des sols (très friables) et, enfin, des dizaines d'ouvrages d'art, des ponts en majorité, risquent d'être «déchaussés», selon la formule consacrée, et devenir inutilisables, à l'image de l'ancien «pont de Bougie» , qui a été détruit par la furie des eaux en 2005, ses fondations dénudées ayant cédé.

Des solutions ?
Malgré les alertes, venues tant des élus (cas de ceux de l'ex-APW à majorité FFS) que des associations et enfin des riverains de l'oued, des solutions de bricolage ont été apportées.

En 1997, les membres de l'APW de Tizi Ouzou (majoritaires à l'époque) avaient mené une véritable guerre contre la maffia du sable et le «livre noir» de la dégradation de l'oued avait donné une place de choix aux ponts et autres ouvrages menacés de destruction par l'extraction effrénée, pour ne pas dire impunie, du sable pour alimenter le véritable «boom» immobilier que connaissait la wilaya à l'époque.

Même si l'exploitation politicienne du dossier avait pris, à l'époque, le dessus sur une véritable mobilisation des élus en faveur de la sauvegarde de l'oued Sébaou, il n'en demeure pas moins que l'alerte avait été donnée et des solutions devaient être apportées.

Elles le furent, en effet, mais leurs effets étaient limités : les concessions accordées aux propriétaires des sablières ont vu leur validité ramenée à une année, renouvelable !

Le marché du travail étant rachitique dans la région, l'Oued Sébaou est devenu, peu à peu, le plus grand employeur de la wilaya, avec les centaines de jeunes sans emploi qui y ont trouvé un débouché à leur statut de chômeur.

Depuis, ni les sablières, qui ont continué à activer ni les jeunes «sasseurs» de sable n'ont cessé de creuser le lit d’oued, notamment avec l'explosion des prix de ce produit devenu subitement un filon qui rapporte gros.

Il est interdit de se faire prendre !
Le dilemme était en effet cornélien : fallait-il mettre fin à cette exploitation du sable en «osant» affronter le courroux des jeunes et laisser des centaines de chantiers de construction sous la coupe des «barons du sable» qui n'auraient pas hésité à exploser le prix d'une remorque face à l'aubaine qui se serait présentée.

Un modelage purement administratif fut apporté : «Il n'est pas interdit d'exploiter le sable mais il est interdit de se faire prendre.» Autrement dit, la solution, ou ce qui devait être la solution, déplaçait le règlement en aval : les barrages routiers, notamment ceux de la Gendarmerie nationale, filtrent et contrôlent.

Tout camion non muni du bon d'achat est saisi et le chauffeur poursuivi en justice. La main, lourde de cette dernière s'est abattue non pas sur la proie mais sur l'ombre : le trafic de sable n'a pas connu un tel «âge d'or», malgré les barrages routiers, l'insécurité aidant, ce sont des chantiers des wilayas comme Alger, Blida et Boumerdès qui sont alimentés à partir de l'Oued Sébaou.

Dans le milieu de ceux qui y activent, il est question de bons trafiqués, de passages achetés et de «nababs» aux relations «verticales et horizontales» qui leur permettent d'activer avec une aisance totale, intouchables qu'ils sont.

Ils n'en ont cure des problèmes de pollution, d'atteinte à l'environnement et restent insensibles aux cris des agriculteurs dont les parcelles de terre situées sur les berges de l'oued sont, chaque année, grignotées par la furie des eaux à chaque hiver pluvieux, période où le volume des eaux augmente de manière dangereuse.

L'agriculture, dont l'essentiel est constitué en EAC et en EAI, est le premier grand perdant dans l'affaire, suivi du secteur des travaux publics qui voit ses équipements
(ponts et routes) menacés par le silence qui entoure le massacre de lOued Sébaou.

Et avec le dérèglement climatique qui y a lui aussi mis du sien, tous les scénarios sont possibles. A commencer par celui d'une catastrophe sanitaire à l'approche des grandes chaleurs
source ;le temps

Repost 0

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives