Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 21:32

L’une des caractéristiques a laquelle on ne peut échapper ces jours ci à Tizi ouzou, relative à la campagne électorale, c’est la densité des posters et autres photos de Bouteflika dans tous les coins de la ville de Tizi ouzou, de même pour les posters géants (2 fois 3m), accroché en haut des immeubles en plein centre ville.

A la nouvelle ville, aussi c’est les mêmes images, plein de posters et affiches sur les murs de la ville.

En tout cas, le maillage de la ville par le staff de campagne de Bouteflika ,a fait dans le grandiose puisque pas moins de soixante locaux ,sont ouvert dans la ville en tant que permanence électorale ou des posters géants sont accrochés.

Il en est de même du centre ville qui donne l’impression d’être conquis par Bouteflika avant l’issue du scrutin.

                            

Une présence visuelle très intense qui fait oublier les autres candidats, pour lesquels a ce jour aucune affiche n’est a signaler hormis celles de louisa Hanoune accroché ça et la.


Repost 0
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 07:00

Après l'effacement des dettes des agriculteurs et la révision à la hausse des subventions sur les produits agricoles, le crédit pour les agriculteurs vient de subir une réforme en profondeur. En effet, le secteur de l'agriculture sera marqué prochainement par la création d'un établissement de crédit mutuel rural. Le projet de création de cet établissement, qui va se substituer à la CNMA-Banque, est en cours de discussion par un comité de réflexion.


Installé en décembre dernier, et composé des adhérents de la CNMA (Caisse nationale de la mutualité agricole) et des représentants des agriculteurs (Chambre nationale d'agriculture et Union nationale des paysans algériens). C'est ce qu'a affirmé le directeur général de la CNMA, hier, tout en précisant que "nous poursuivons l'expertise nationale, mais on s'est dit pourquoi ne pas bénéficier des expériences des pays industrialisés, testées déjà dans des pays en développement et qui ont donné de bons résultats".

A cet effet, la Caisse a reçu des experts de deux groupes mutuels français et canadien pour étudier, non seulement, le projet de mise en place de cette nouvelle structure, mais aussi les possibilités de coopération dans le domaine de l'organisation et de la formation. Créée en 2006, la CNMA-Banque "a montré, toutefois, ses limites, en raison d'une mauvaise gestion de ses ressources financières", explique le même responsable. "La banque a distribué énormément de crédits sans faire attention aux ressources disponibles", fait-il savoir, en précisant que le projet de sa transformation a été motivé aussi par ses insuffisances sur le plan managérial.

Cette situation a engendré un cumul de 19,4 milliards de dinars de créances que les adhérents de la CNMA-Banque n'arrivaient pas à rembourser, avant que le président de la République ait décidé, récemment, d'effacer cette dette et celle due à la Banque de l'agriculture et de développement rural (Badr) et dont le total s'élève à 41 milliards de DA. Selon le projet de restructuration, c'est le statut juridique qui sera transformé. L'ancienne institution passera ainsi d'une Société par actions (SPA), dont l'assemblée générale est composée d'actionnaires majoritaires, à une mutuelle dont les membres sont des sociétaires égaux. "Le crédit mutuel sera un espace de solidarité entre les agriculteurs", a souligné M. Arba. En outre, le crédit mutuel gardera le même réseau et le même personnel de la CNMA-Banque, environ 1 200 emplois directs, mais pas les mêmes gestionnaires. "Il nous faut des profils de banquiers pour éviter les erreurs du passé", a affirmé ce responsable.

La banque compte actuellement 62 caisses régionales et 340 locales, alors que le nombre d'agriculteurs adhérents est estimé à près de 130.000 avec l'objectif d'atteindre 500 000 personnes. Par rapport à la CNMA-Banque, le crédit mutuel rural sera constitué uniquement d'agriculteurs et d'opérateurs activant dans l'agro-industrie et l'agroalimentaire. "Le crédit mutuel rural va être construit à partir de la base, c'est-à-dire au niveau de la commune et de la daïra, et sera


constitué uniquement d'agriculteurs et d'éleveurs en plus des agents qui orbitent autour de l'agriculture comme l'agro-industrie", a précisé M Arba. La nouvelle mutuelle compte aussi intégrer les zones rurales en finançant des activités extra-agricoles qui touchent, de près ou de loin, les citoyens vivant dans ces zones, comme la réalisation de commerces, des pharmacies, et ce, dans le cadre de la nouvelle politique du Renouveau rural, a-t-il ajouté.

Source :journal LE MAGHREB

Repost 0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 17:47

Avec cette démarche, l’Algérie tente de combler un retard devenu préoccupant.

Bonne nouvelle pour l’environnement! Les agences de la Banque de développement local (BDL) s’engagent pour l’année 2009, à financer des projets liés aux énergies renouvelables. Le président-directeur général de cette institution bancaire, Mohamed Arslan Bachtarzi a souligné, au cours d’une rencontre avec la presse, que la BDL a signé une convention avec l’Agence de promotion des énergies renouvelables, dont les dispositions stipulent que la banque financera les projets de PME désireuses de lancer des projets dans le domaine des énergies renouvelables. Un domaine encore vierge en Algérie puisque jusqu’à aujourd’hui, aucune institution privée n’a émis le voeu de s’aventurer dans le secteur. Dans ce sens, M.Bachtarzi a estimé qu’il est temps, même une «urgence» d’investir dans les énergies alternatives et de diversifier les sources de richesses, a fortiori, s’agissant des énergies renouvelables, disponibles à profusion dans notre pays, notamment les énergies solaire, hydraulique et éolienne. Afin de commencer l’expérience, la BDL accordera des crédits sans intérêts aux propriétaires de véhicules de transport et de véhicules particuliers désireux de s’équiper en carburant GPL. Elle participera aussi au financement des logements sociaux prévus pour être dotés d’appareils domestiques fonctionnant au moyen des énergies renouvelables. Dans le cadre de cette louable initiative, la BDL a tracé un programme pour l’année 2009 visant la poursuite de l’action de sensibilisation parmi la jeunesse, dans les universités et les établissements de formation, pour informer sur les mesures incitatives et encourager la mise en oeuvre de ces énergies de l’avenir dans un souci, à la fois économique, et écologique. Avec cette démarche, l’Algérie tente de combler un retard devenu préoccupant. Le point de presse animé par le P-DG de la BDL a été organisé à l’issue d’une rencontre qui a regroupé 40 cadres des agences de la BDL de Annaba, Batna et Constantine, notamment pour débattre du programme de modernisation des services de cette banque. En plus du financement et de la promotion des projets des PME, ainsi que des projets fonciers, la BDL procèdera à la généralisation du leasing et de l’utilisation de la carte de crédit, a encore indiqué son responsable.
La BDL a déjà signé une convention avec l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue) relative au financement de l’installation du GPL/C pour les propriétaires de véhicules optant pour ce carburant. Aux termes de cet accord, la BDL devra gérer pour le compte de l’Aprue les opérations d’octroi des crédits aux propriétaires de véhicules roulant à l’essence ou au mazout et désireux de convertir leur système en GPL/C.
Cette démarche prévoit des crédits destinés exclusivement aux personnes physiques et, non assortis de taux d’intérêt. Ces crédits seront financés à partir des ressources financières du Fonds national du maîtrise de l’énergie (Fnme) et non des fonds propres de la BDL et seront destinés à la fourniture et à la pose du système du GPL/C dont le montant et la durée de remboursement dépendront des types de système des véhicules ciblés.

Repost 0
23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 06:58

La mise en service du barrage Koudiat Acerdoune qui desservira le versant sud de la wilaya de Tizi-Ouzou en eau potable est prévue pour le premier semestre de l’année 2010, a indiqué le directeur de l’hydraulique de la wilaya, M. Abbas, hier en marge des portes ouvertes tenues au niveau de l’Algérienne des eaux (ADE) de la ville des Genêts.


La manifestation a été initiée à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’eau coïncidant avec le 22 mars de chaque année.

Un secteur  qui malgré les moyens mis en place, connaît encore des problèmes relatives aux innombrables fuites d’eau enregistrés travers la wilaya.

“Actuellement, le barrage est fermé pour lui permettre de se remplir”, précise M. Abbas. Autrement dit, le projet de réalisation de ce barrage qui viendra renforcer les infrastructures destinées au secteur, est achevé.

Voilà donc bien ce qui ne peut que réjouir la population de la région sud de la capitale du Djurdjura qui vit, il est vrai, le calvaire au quotidien à cause de l’indisponibilité de l’eau. La livraison de cet important projet qui s’est fait d’ailleurs attendre permettra à coup sûr à ces habitants de voir enfin le bout du tunnel. Il est à noter que le barrage alimentera 10 communes et 184 villages pour une population de 221 000 habitants. L’autre nouveauté annoncée hier, par le premier responsable du secteur de l’hydraulique de la wilaya de Tizi-Ouzou est relative au raccordement imminent des communes du versant nord au barrage Taksebt. Une nouvelle qui fera certainement grandement plaisir aux citoyens de la région. Selon, M. Abbas, l’avis d’appel d’offres pour la réalisation de cet autre projet sera lancé ce mercredi. “Le projet sera partagé en lots. Nous avons décidé de procéder ainsi afin de gagner du temps”, dira le directeur de l’Hydraulique expliquant que plusieurs entreprises peuvent intervenir chacune en prenant en charge le lot particulier. Sept communes dont Tigzirt, Azeffoun, Boudjima, Makouda... seront desservies par ce projet qui alimentera, en outre 177 villages, couvrant un besoin estimé à 21 000 mètres cubes par jour. Avec le renfort de choix qui se concrétisera avec la mise en service de ces deux projets, la wilaya de Tizi-Ouzou sera certainement à l’abri en matière d’eau. Actuellement le taux de satisfaction dans la wilaya est évalué à 67%.

 

Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 05:42

Après cinq jours d’activités, la 5e édition du Concours national de la chanson amazighe, organisé par l’association culturelle Tharwa N’Gaya du village Redjouna, a été clôturée, mercredi dernier, à Tizi Ouzou, avec la consécration de la chanteuse Sonia Outaleb comme meilleure participante de la manifestation.



Sonia Outaleb décroche le premier Prix

 

Elle a en effet décroché le premier Prix de ces joutes. Agée seulement de 16 printemps, cette lycéenne des Ouadhias s’est ainsi distinguée de fort belle manière devant des concurrents venus des différentes wilayas du pays. Elle a chanté des textes admirables et fascinants qui ont ébloui l’assistance, surtout lorsqu’elle a interprété des morceaux de musique qui concordaient parfaitement avec un style intimement inspiré des œuvres de la chanteuse Nouara. En somme, Sonia vient de laisser une bonne impression, d’autant plus qu’elle a su comment sortir de l’anonymat et faire parler d’elle, puisque son passage sur scène a subjugué aussi bien l’assistance que les membres du jury. Par ailleurs, notons que le deuxième prix du concours a été décerné au groupe La Relève de Bouira, qui a pris part à ce rendez-vous avec sept artistes. Pour ce qui est de la troisième place de la manifestation, celle-ci a été décrochée par le groupe Dehia de Khenchela, tandis que le prix spécial jury a été remis à la troupe Gnaoua Berbère de Draâ El Mizan. Imenza des Ouacifs et le groupe Casbah d’Alger ont présenté respectivement le meilleur texte et mélodie du concours.

« Le concours a été une véritable réussite de par l’impact suscité dans la région. Nous avons donné la chance à nos jeunes de mettre à profit leur talent. Ils ont eu aussi l’occasion de prendre part à une formation sur la musique organisée à l’occasion sous la coupe de Ali Itim, inspecteur de musique. A l’issue du concours, nous avons également élaboré une série de recommandations. Celles-ci consistent, entre autres, en la nécessité d’ouverture d’un institut de musique dans la wilaya de Tizi Ouzou pour la formation de nos jeunes talents », a déclaré le président de l’association Tharwa N’Gaya, Youcef Radji. Et d’ajouter : « Nous souhaitons que le concours soit désormais institutionnalisé au niveau du ministère de la Culture, car il contribue continuellement à la détection des jeunes talents qu’il fait souvent sortir de l’anonymat. C’est un événement qui se veut comme une courroie pour faire émerger de nombreux chanteurs prometteurs qui ne cherchent qu’un cadre organisé pour s’affirmer. Je voudrais aussi dire que nous allons accompagner le lauréat du concours dans toutes ses activités, une manière pour nous de l’encourager. » Le concours étant clôturé, le rendez-vous est d’ores et déjà donné pour la prochaine édition.
source :journal el watan

Repost 0
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 05:33

Le directoire de campagne du candidat Abdelaziz Bouteflika a organisé, hier, troisième jour de campagne, quatre rencontres de proximité à travers plusieurs localités de la wilaya de Tizi-Ouzou. La première escale de la délégation, composée des membres des partis de l’alliance présidentielle et des organisations de masse, UGTA et ONM entre autres, a été, la daïra de Drâa Ben Khedda, où les représentants du candidat Bouteflika ont tenté de sensibiliser la population locale pour prendre part aux prochains rendez-vous électoraux. La délégation s’est déplacée ensuite à Maâtkas puis à Tizi Rached où une rencontre-débat a été organisée au siège du directoire de campagne local.

Une autre délégation représentant le candidat Bouteflika a sillonné les artères des villes de Maâtkas et de la daïra d’Azazga avant de bifurquer sur la commune de Yakouren.

Les représentants du parti de Louisa Hanoune, à Tizi-Ouzou, ont mis le paquet sur l’opération affichage du programme de la candidature du Parti des travailleurs.

Pour les autres candidats, leur apparition à travers les représentants locaux sont timides puisqu’à ce jour leur présence se limite à Tizi-Ouzou, à quelques affiches et posters accrochés ici et là à travers les rues de la Ville des Genêts.

source : la Dépeche de Kabylie

Repost 0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 21:40

le moins que l'on puisse dire, de ce  début de campagne pour les présidentielles du 09 Avril 2009, après un démarrage sur les chapeaux de roues hier jeudi pour les partisans de Bouteflika avec un meeting organisé le matin à la maison de la culture de Tizi ouzou, l'après midi d'hier aussi ou l'on a vu défiler des caravanes de soutien a Bouteflika composé de cortéges de voitures qui arborèrent les posters de leurs candidat tout en faisant un boucan d'enfer avec leur klaxons, coté affichage c'est toujours la même équipe qui active ou l'on a vu au centre ville au niveau de la tour Cnep un portrait géant de Bouteflika arborant la façade de l'immeuble donnant sur la place du centre ville.


Par contre aujourd’hui, c’est le calme plat, on a rien entendu ni vu de particulier, sauf l’apparition sur les tableaux d’affichage dans quelques quartiers du portrait de l’un des concurrent de Bouteflika , il s’agit de Mohand Oussaid Belaid quand aux autres concurrents ,pour l’instant ,ils sont aux abonnés absents.



C’est déjà le printemps



Nous ne pouvons passer cette journée sans dire un mot sur le printemps qui arrive, et qui se manifeste par des signes, plus que magnifique et que je vous reproduis par ces photos représentant de jolies fleurs qui poussent au printemps en Kabylie





Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 21:15

Il y a dans la vie de tous les jours, des moments qu’on apprécie plus que d’autres, l’un de ces moments que j’apprécie fort bien, est celui qui me lie ces jours ci avec un groupe de femmes courageuses pour ne pas dire paysannes, lorsqu’elles reviennent de champs, après une dure journée de labeur a cueillir des olives (actuellement, c’est la saison).

On se croise chaque jour au même moment presque au même endroit ,moi roulant en voiture ,lorsque je quitte mon travail ,je descend les pentes sinueuses de ces belles routes de Kabylie,le groupe de mes amies ,composé de quatre femmes ,d’un certain age,en tenue berbère,tradition oblige,portant sur leur dos le nécessaires en bidons et autres ustensiles utilisés durant la journée entrain de remonter ,marchant a pied ,l’une derrière l’autre.

 Mais la meilleure de toutes, la plus courageuse d’entre elles est la plus vieille, tenant sur sa canne, marchant difficilement, mais qu’a cela ne tient, tous les jours au même moment, elle est la, souvent laissé derrière par le groupe mais elle s’accroche avec acharnement.

C’est vrai, on s’est jamais parlé et juste le temps d’un regard  a un moment furtif lorsqu’on se croise pendant quelques secondes, d’ailleurs même après les avoir dépassé je continue toujours à apprécier au rétroviseur la marche de ces femmes courageuses, travailleuses, que rien au monde ne pourrait empêcher d’aller au bout de leur cueillette d’olives, exemple a suivre.

 

 NB : ce billet je l’ai écris ,il y dix jours.

Repost 0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 20:37


La lecture d’une phrase dans un article paru le 12/03/2009 dans le journal « Liberté » relatif au colloque maghrébin sur le financement de la Pme organisé par l’ABEF m’a fait rebondir, tant la phrase de par son cru détonait de manière criante sur la réalité de la situation, au sujet du financement des Pme par les banques publiques.

Selon l’article ; « les établissements bancaires estiment qu’ils n’ont pas à prendre de risques inconsidérés et que rien ne les y contraint ».

Dans la première partie de la phrase, les établissements bancaires estiment qu’ils n’ont pas à prendre de risques inconsidérés car à ce jour l’acte de gestion bancaire demeure en Algérie un acte difficile, pour lequel son auteur est passible de prison, du fait de sa non dépénalisation.

Aujourd’hui  en tant que responsable dans une banque algérienne publique, lorsque vous délivrez du crédit et vous avez mal géré le risque sur ce crédit vous pouvez êtes passible de prison pour le motif non moins évocateur « délapidation de biens publics » ce qui d’ailleurs explique, en partie la lourdeurs des procédures et la demande excessive de garanties.

Quant a la deuxième partie de la phrase «  et que rien ne les y contraint »c’est vrai aujourd’hui aucune contrainte n’est exercé sur le banquier pour l’inciter a libérer plus de crédit à l’économie, je veux dire par la contrainte matérielle par les salaires ,il n y aucun intéressement au chiffre d’affaire, c’est beaucoup plus de l’administratif,disons que tout le monde est logé a la même enseigne,que vous soyez une agence bancaire qui réalise un bon chiffre d’affaire ou une autre qui ne fait rien , le bénéfice réparti a la fin de l’année (s’il y a bénéfice) est distribué de manière égale entre tous les employé de l’institution, la même quote-part pour le chauffeur , pour le chef département crédit qui engage souvent sa signature,la même chose pour le directeur d’agence qui fait 2000 opérations par jour et celui qui est dans une agence qui ne fait que 40 opérations par jour, ce qui fait que les compétences non rémunérés dons non stimulés se désengagent et ne sentant nullement concernés pour injecter ou pas plus de crédit a l’économie.

Enfin, je dirai qu’aujourd’hui si on veut réellement stimuler ce rôle des banques pour suivre le développement économique en injectant plus de crédit dans le circuit économique, on doit sans aucun doute passer par une dépénalisation de l’acte de gestion bancaire et rémunérer les compétences  à leur juste volume et valeur de travail.

 

Repost 0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 06:56

Lancement de la chaine de TV amazighe, d’expression amazighe la  Chaîne IV sera enfin opérationnelle dès demain à partir d’Alger.

L’établissement public de Télévision vient, en effet, d’annoncer que  la Chaîne IV et la Chaîne V  seront mises en service à titre expérimental à partir de demain.  La Chaîne IV vient ainsi s’ajouter aux deux autres chaînes déjà bien établies au sein du paysage médiatique amazigh ciblant la région de Kabylie. Il s’agit de Berbère TV et Beur TV, sauf que ces dernières sont implantées en France, quoique que s’agissant de Beur TV, les programmes en tamazight et/ou kabyle sont diffusés de manière épisodique voire accessoire.

La chaîne d’expression amazighe Chaîne IV qui diffusera ses programmes en tamazight dans ses déclinaisons kabyle, chaouie, targui, chenouie, et mozabite, émettra six heures par jour, et ce, de 17h à 23h. Quant à la Chaîne V, dédiée au Coran, ainsi qu’au savoir et à la connaissance, elle  émettra huit heures par jour, et ce a partir de 16h à 00h.

Les émissions des deux chaînes seront retransmises par les trois satellites Nilesat, Hotbird, et AB3, ainsi que par la voie terrestre hertzienne, et ce, en attendant l’élargissement de leur acheminement par le biais de la TNT  (télévision numérique terrestre) qui est en voie de réalisation".

Les deux nouvelles chaînes qui viennent s’ajouter à la chaîne terrestre, Canal Algérie et à A3,

Ces deux nouvelles chaînes, émettront par satellite sur Nilesat via la position 7,2° Ouest-polarisation horizontale, et ce,  à travers les fréquences de réception 10 930 Mhz, par Débit symbole 27,5 Mbaud-Fec3/4.

Elles seront aussi diffusées par voie satellitaire sur Hotbird via la position 13° Polarisation verticale à travers les fréquences  de réception 11 034 Mhz  sur le débit symbole 27,5 Mbaud-fec3/4. Ces chaînes seront également diffusées par satellite sur AB3,  à travers la position 5° Ouest-polarisation Horizontale via les fréquences de réception 11 065Mhz-QPSK, FEC2/3, SR : 17,904255 Msymbol/S.

 

Source :  La dépêche de Kabylie
Repost 0

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives