Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 06:27

Un rapport conjoint d'institutions financières internationales classe l'Algérie dans le groupe des quatre premières économies émergentes de l'Afrique appelé groupe Sane en référence aux initiales des pays qui le composent (South Africa, Algérie, Nigeria et Egypte). Publié hier, ce rapport a été élaboré par la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et le Forum économique mondial, qui fait le point sur la compétitivité africaine. Ce nouveau concept du groupe Sane s'ajoute à celui de l'autre groupe des plus grands pays émergents Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine). Selon ce rapport, les analyses affirment que les pays du groupe Sane, dont l'Algérie fait ainsi partie, sont ceux qui "sont prêts à rebondir de la crise" financière et économique internationale "en raison notamment des réformes financières engagées depuis le début des années 90" ainsi que "des systèmes de régulation financière" dont ils sont dotés. Le document indique que les pays Sane regroupent les deux tiers des plus grandes compagnies africaines, trente des cinquante grandes banques du continent et drainent plus de la moitié des investissements directs étrangers (IDE) en Afrique. Publié à l'occasion de la tenue du Forum économique mondial sur l'Afrique, qui se tient du 10 au 12 juin dans la ville du Cap (Afrique du Sud), le rapport note que son évaluation a été faite sur la base d'études élaborées "par plusieurs experts internationaux qui ont passé en revue les grandes réformes du secteur financier de chacun de ces quatre pays africains". Abordant largement les indicateurs de performance des banques en Algérie, sa politique monétaire, son marché des capitaux et son secteur des assurances, le rapport souligne que la réforme du secteur financier algérien "a généré des effets positifs non seulement pour le secteur financier mais aussi pour le reste de l'économie". Le document conjoint de la BM, de la BAD et du Forum économique mondial rapporte que le Programme d'évaluation du système financier algérien (FSAP) mené par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) a soutenu dans ses conclusions que "le système bancaire algérien ne constitue pas une menace à la stabilité macroéconomique de l'Algérie en raison des ressources financières du propriétaire prédominant (Etat) des banques et des progrès dans la supervision bancaire et dans la gouvernance des banques publiques". Le document souligne, cependant, que malgré ces résultats, l'Algérie doit poursuivre les réformes financières notamment pour ce qui concerne le marché des capitaux "qui reste encore faible". Par ailleurs, le rapport aborde l'ensemble des pays africains pour lesquels il constate que l'accès limité aux services financiers demeure un "obstacle de taille" pour les entreprises africaines, ajoutant que les pays africains sont aussi "moins compétitifs sur le marché mondial à cause des infrastructures peu développées, des services de soins de santé et d'éducation limités et de l'insuffisance des cadres institutionnels". Le rapport met en relief des lignes d'action à court terme et à long terme pour améliorer la compétitivité des économies africaines. La principale ligne d'action à court terme consiste à renforcer l'accès aux services financiers par des mesures de promotion du marché. "On assiste depuis quelques années à un approfondissement et une expansion des systèmes financiers africains, mais la crise mondiale actuelle risque de mettre fin à cette tendance et de compromettre les progrès enregistrés récemment. Il importe encore plus à présent de moderniser les mécanismes nécessaires à des systèmes financiers solides, efficaces et ouverts", souligne-t-il. Quant aux lignes d'action à long terme, elles concernent "l'infrastructure qui demeure l'un des obstacles majeurs à l'exercice de l'activité des entreprises en Afrique. L'énergie et les transports sont parmi les principaux obstacles à la croissance de la productivité et de la compétitivité dans ce continent. Investir dans la modernisation des infrastructures placerait non seulement l'Afrique sur une trajectoire de croissance plus élevée, mais contribuerait aussi à la relance budgétaire à un moment crucial", note la même source.

Source : le maghreb

 

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 06:11




L'équipe nationale de football se déplace aujourd'hui en Afrique du Sud via Paris pour un stage de préparation d'une semaine en prévision du choc contre la Zambie, le 20 juin à 14h, pour le compte de la troisième journée des éliminatoires jumelées de la CAN et du Mondial 2010.

Le sélectionneur national Rabah Saâdane est confiant pour ce match dont l'enjeu est la première place du groupe C. Saâdane veut refaire le coup de 1985 où l'EN a écarté son homologue zambienne de la course à la qualification au Mondial de Mexico.

«Si on veut aller au Mondial, on doit battre la Zambie. On va aborder ce match dans de bonnes conditions surtout sur le plan mental.

Je pense que c'est une bonne chose de jouer à l'extérieur, car l'euphorie née de la victoire contre l'Egypte risque de nous jouer un sale tour si on joue chez nous», a indiqué Saâdane lors d'une conférence de presse animée hier matin à l'hôtel Hilton.

«Je suis sûr qu'on jouera à Chililabombwe»
«Je n'accorde aucune importance à cette polémique sur le terrain. Je suis sûr qu'on jouera à Chililabombwe. On va se préparer à disputer le match sur ce terrain.

C'est un terrain catastrophique, mais ce sera valable pour les deux sélections», dira le patron de l'EN qui envisage déjà de changer la manière de jouer et remanier l'équipe alignée dimanche face à l'Egypte. «Je compte changer deux ou trois joueurs.

On ne peut évoluer de la même manière que face à l'Egypte vu l'état du terrain de Chililabombwe qui nous obligera à opter pour le jeu direct.

L’essentiel est de faire un bon résultat, la manière importe peu. On va décortiquer d'abord le jeu des Zambiens avant d'arrêter le onze rentrant», souligne le sélectionneur national, qui ne se laisse pas endormir par les louanges de son alter ego zambien, le Français Hervé Renard.

«C'est vrai, Hervé Renard a déclaré que l'Algérie est devenue le grand favori du groupe, mais, pour moi, c'est la Zambie qui est la favorite. Il faut être lucide.

Il reste encore quatre matches à jouer et tout est possible. Les Egyptiens vont revenir en force et ça se jouera à couteaux tirés entre les trois jusqu'à la fin des éliminatoires.

Le dernier match au Caire risque d'être déterminant», prévient Saâdane qui n'a par ailleurs pas tranché définitivement le retour au stade 5 Juillet, bien qu'il le souhaite lui-même.

«Tchaker ou 5 Juillet, on tranchera à Pretoria»
«Personnellement, je veux bien qu'on revienne au 5 Juillet où tout le monde sera à l'aise. C'est l'anarchie à Blida où j'ai souffert moi-même à la fin du match contre l'Egypte.

C'est vrai que de grands efforts ont été fournis pour nous mettre dans les meilleures conditions avec l'amélioration de la pelouse et la réfection des vestiaires, mais ce stade reste trop exigu et il nous y est impossible de recevoir comme il se doit nos invités et nos partenaires.

Nos joueurs veulent rester à Blida qui nous a porté chance, mais je pense qu'il faut avoir de l'ambition et d'accompagner l'effort fait par la FAF sur le plan organisationnel.

On va en tout cas consulter les joueurs lors de ce stage à Pretoria avant de trancher définitivement cette question», a signalé Saâdane, qui espère bénéficier des services de Yebda et Meghni à la faveur du dernier amendement de l'article 18 du règlement de la Fifa.

«Hadj Aïssa est trop gâté»
Saâdane regrette énormément l'attitude de Lazhar Hadj Aïssa, surtout qu'il a subi des critiques pour l'avoir sélectionné. «Hadj Aïssa a été déçu de ne pas avoir été parmi les 18 joueurs retenus pour le match contre l'Egypte et il a demandé son passeport bien avant la rencontre.

Ce n'est pas méchant. S'il avait fait une faute grave, j'aurais écrit un rapport sur lui au président de la FAF pour qu'il soit lourdement sanctionné.

Je pense que c'est un problème de formation avant tout. On ne lui a pas appris à respecter les choix de l'entraîneur. Il fait la loi au niveau du club, ce qui n'est pas le cas en sélection. C'est malheureux pour lui. Il est trop gâté et il ne sait plus où aller.

Repost 0
11 juin 2009 4 11 /06 /juin /2009 05:41

 

 

Fixée officiellement au 8 juin, date-anniversaire de l’assassinat de Ali Maâchi, la Journée nationale de l’artiste sera célébrée  à Béjaïa  avec un petit  retard mais avec un grand panache.

La wilaya organise,  cet après-midi,  à la Maison de la culture, une cérémonie d’hommages à plusieurs hommes de culture,  natifs ou originaires de la région de Bejaïa. Pas moins de 21 personnalités, vivantes ou décédées,  du monde des arts et de la culture seront honorées.

D’autant  que  Jean et Taos Amrouche sont sur les tablettes des autorités. Les deux écrivains, natifs d’Ighil-Ali, recevront, à l’instar des autres,  un hommage des plus officiels puisque c’est le wali lui-même qui présidera à ces cérémonies. Un fait inédit ! Les deux personnalités de confession catholique sont l’objet d’une  défiance ambivalente de la part du pouvoir.  La célébration, voilà trois  ans, du centenaire de la naissance de Jean-El Mouhoub par une association d’Ighil-Ali a été marquée par un superbe mépris des autorités tandis qu’on ne sait toujours pas quel nom porte la Maison de la culture de Bejaïa, siège des célébrations. Alors qu’un panneau apposé par le mouvement citoyen, sur le fronton de cette bâtisse, demeure toujours en place, le  décret de baptême  officiel  n’est toujours pas pris, quand bien même le ministre de la culture s’appelle Khalida Toumi, militante   féministe et laïque s’il en soit.

 C’est dire la force du déni  officiel à l’égard de ces deux personnalités, aux multiples  contributions,  véritablement maudites dans leur propre pays.

La cellule de communication de la wilaya présentera un reportage-vidéo sur la vie et l’œuvre de Cheikh Saddek Bejaoui et un autre sur Youcef Abdjaoui. Ce sera aussi l’occasion d’un clin d’œil à la Palestine.  Un stand palestinien sera érigé tandis que des artistes-plasticiens devraient exécuter une fresque collective sous la thématique d’ "El-Qods, capitale de la culture arabe 2009".  L’art  n’ayant  décidément pas de frontières…

 

Repost 0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:33
L'Europe a voté du 4 au 7 juin, sans enthousiasme ni grande mobilisation. 388 millions d'Européens des 27 Etats membres étaient appelés à élire les députés qui siégeront pendant 5 ans au Parlement de l'Union européenne.Une surprise a retenu l'attention des plus technophiles d'entre nous. En Suède, le Parti pirate (Piratpartiet) a recueilli 200 000 voix soit 7,1% des suffrages exprimés. Il pourra donc envoyer un député à Bruxelles.
Fondé en janvier 2006, cette formation se bat pour faire évoluer le cadre législatif autour de la propriété intellectuelle (copyrights et brevets). Elle réclame la légalisation de l'échange gratuit de fichiers sur internet et veut protéger la vie privée des internautes qu'elle estime menacée par l'usage des nouvelles technologies à des fins de surveillance.




Perçu à ses débuts comme une plaisanterie, le parti a peu à peu bénéficié du contexte en Suède, où, plusieurs lois contestées, notamment sur la surveillance des télécommunications et le durcissement des sanctions du téléchargement illégal, ont été adopté depuis l'an dernier.
Le 17 avril dernier, la condamnation à un an de prison ferme de quatre responsables du site d'échange de fichiers The Pirate Bay à Stockholm avait suscité une vague d'adhésions. Selon Rickard Falkvinge, l'entrepreneur informatique de 37 ans qui a fondé le PiratPartiet, le nombre de membres a triplé en une semaine pour passer à 45 000 à l'approche de la campagne électorale. Le Parti pirate devenait ainsi le troisième plus grand parti du pays.




Si ce succès historique est loin de pouvoir bouleverser le rapport de force au sein du Parlement européen, elle montre bien que les problématiques des libertés individuelles et du téléchargement préoccupent les citoyens de l'UE. De quoi encourager les députés opposés aux lois répressives adoptées dans certains pays.

le Parti pirate a clairement profité d'un nouveau clivage du paysage politique suédois : celui pour la défense des libertés civiques, qui ne peut se situer ni à gauche, ni à droite. Le parti a par ailleurs séduit ceux qui s'apprêtaient... à s'abstenir ! En l'absence du Parti pirate, ces derniers ne se seraient pas déplacés aux urnes ce dimanche. Cette performance politique, qui pourrait bien s'exporter, marque l'avènement d'internet comme nouvel enjeu de la contestation politique.
source :courrrier international
Repost 0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 19:06



Les autorités chinoises ont interdit les modèles Renault importés en Chine en mettant en avant "des risques importants" en matière de sécurité et le non respect de normes techniques.

L'Administration générale de contrôle qualité, d'inspection et de quarantaine (AQSIQ) précise sur son site internet (www.aqsiq.gov.cn) que cette décision concerne les modèles Laguna 2, Scénic, Mégane 2 et Mégane 2 CC, soit tous les modèles Renault exportés vers la Chine par le groupe.
"Lors de récentes inspections d'importations, nous avons, à plusieurs reprises, identifié des lots de véhicules fabriqués par le français Renault (...) qui ne respectent pas les normes obligatoires dans notre pays et les réglementations techniques correspondantes, et il existe des risques graves en matière de sécurité", déclare-t-elle dans un communiqué.
Une porte-parole de Renault a déclaré que le groupe était "surpris" par cette décision et a rappelé que la qualité des modèles cités par le communiqué avait été établie lors d'études et lors de tests réalisés par la presse spécialisée.
Elle ajoute que la Chine représente un tout petit marché pour le constructeur français, puisqu'il y a vendu moins de 900 voitures en 2008.
L'AQSIQ ajoute qu'au cours de l'année écoulée, les voitures Renault "ont montré des problèmes de qualité à de nombreuses reprises". Le communiqué ne précise toutefois pas la teneur de ces problèmes.
Les autorités chinoises appellent Renault à inspecter tous les véhicules exportés vers la Chine.
Repost 0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 22:29

Elle a été inaugurée hier par le ministre de l'Education nationale

 

Lors de sa visite  effectuée hier à Tizi Ouzou, le ministre de l'Education nationale, en sa qualité de membre du gouvernement, a inauguré au CHU Nédir-Mohamed une nouvelle unité de soins en cardiologie. La salle est équipée d'un matériel  ultramoderne et sophistiqué.

Parmi le matériel dont cette unité est dotée, citons un appareil pour les soins du catharisme. Cet appareil évite le recours à des  interventions chirurgicales par le débouchement des veines. Ceci  en plus  de l'emplacement d'un  pacemaker (piles pour le cœur) au profit des patients qui souffrent d'un faible battement du cœur, soit moins de 40 battements par minute, indique-t-on.

 Au total, une moyenne de 1000 patients qui souffrent de maladies cardiaques  par année seront pris en charge au niveau de cette unité qui va  accueillir des patients venant  d'autres wilayas du pays.

A cet effet, un  professeur en cardiologie, M. Rahi, a effectué un stage de perfectionnement et une formation durant une année en France en 2007.

Aujourd'hui, il assure lui-même la formation du personnel qualifié pour le maniement de ce genre de technologie. Seulement là aussi, le problème de la fuite des compétences  à  l'étranger, une fois formées, est signalé.

Selon le directeur de CHU, M. Mansouri, cette acquisition a nécessité la somme de 16 milliards de dinars. Son bon fonctionnement nécessitera entre 2 et 4 milliards par  année, a ajouté le directeur du CHU.  

Faut-il signaler par ailleurs que la visite du ministre a été l’occasion d’annoncer la prochaine réalisation de deux nouveaux centres : un centre de désintoxication (notamment pour les toxicomanes) et l'autre pour le traitement des maladies thoraciques.    

Source ; Le Temps                 


Repost 0
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 19:02

On a pu suivre collectivement la rencontre grâce à un écran géant.

Suite à la victoire de la sélection nationale sur son adversaire égyptien, les villes et villages de la wilaya de Tizi Ouzou ont vécu, pendant toute la nuit, de grandes scènes de liesse et de joie. La fête était grandiose dans la ville des Genêts. Des centaines de milliers de citoyens ont suivi la rencontre via des dizaines d’écrans géants installés à travers les villes et villages.
Cela fait des décennies que la rue tiziouzouenne n’a pas vécu des moments de joie pareils à ceux qui ont suivi la fin de la rencontre de dimanche. Il faut signaler également, l’engouement et le grand emballement qui l’ont précédée. Au centre-ville, les habitants des cités, à l’instar de celle des Bâtiments bleus, les habitants ont éteint les postes de télévision dans leurs foyers. La cour de cette grande agglomération était devenue l’espace d’une rencontre, un véritable stade olympique. On a pu suivre collectivement la rencontre grâce à un écran géant.
Quelques jours avant le match, les jeunes de la cité ont procédé à une quête pour louer cet appareil Data Show pour s’offrir des moments d’ambiance inoubliables. Plusieurs rues de la ville des Genêts ont fait pareil. Après la rencontre qui a vu les Verts prendre le dessus sur les Pharaons, la grande rue a été envahie par les populations. Les services d’ordre ont eu du mal à maîtriser ce flux de population en liesse. Les klaxons des véhicules, les youyous et les fumigènes ont bloqué toutes les artères pendant deux bonnes heures. Si la ville de Tizi Ouzou a vibré au son des disc-jockeys, l’espace d’une nuit, les villages et les villes limitrophes n’ont pas manqué de connaître de moindres scènes de joie. A Draâ Ben Khedda, trois écrans géants ont permis aux familles de suivre la rencontre dans une ambiance conviviale et festive.


La victoire a déclenché une espèce de transe qui a vu tous les habitants sortir dans les rues. C’était la grande fête dans toutes les villes de la wilaya. Les gens se sont remémorés les scènes de la Coupe du monde d’Espagne en 1982.
Dans une maison étaient regroupées des dizaines de familles pour suivre l’EN. Les mêmes scènes se déroulaient dans les cafés. Les trois buts de la rencontre ont produit le même climat que celui du match face à la République fédérale d’Allemagne (RFA). Jusqu’à une heure tardive de la nuit, les villages et les villes étaient entrés dans des moments de joie fabuleux.
A Azazga, Tizi Rached, Tadmaït, Tigzirt, les Ouadhias, Béni Douala, la victoire de l’équipe nationale a été fêtée comme un événement irréaliste. Hier matin, les discussions étaient essentiellement concentrées sur l’exploit des Verts qui se sont ouvert les chemins de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Il faut rappeler aussi que depuis la prodigieuse victoire sur l’Allemagne, les Algériens n’ont depuis, pas goûté à cette ambiance festive mêlée au sentiment de fierté de soi. Le passage de 1986 au Mexique n’a pas été à la hauteur des attentes mais, pourquoi pas en 2010?

 

source; l'expression

 

Repost 0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 08:21

Professeur Kamel Senhadji, spécialiste du système immunitaire et la plantation d’organes, et directeur des recherches à l’hôpital de Lyon en France, n’a pas écarté lors du forum « Fatour Es Sabah, l’idée faisant état que la grippe porcine est la résultante de la crise qui menace les entreprises pharmaceutiques.

Le même interlocuteur n’a pas écarté que l’apparition, de ce qu’on appelle de guerre « de virus », durant ces dernières années ne soit qu’un scénario pour préoccuper l’opinion publique par les guerres et les turbulences que connaissent les différents pays dans le monde à l’image de la Palestine.
L’apparition de la grippe porcine qui pourrait sauver quelques sociétés pharmaceutiques d’une banqueroute à cause de la crise économique, à travers la réalisation de gains en vendant les anti-dote pour le traiter, selon le Professeur.
Le Professeur Senhadji a ajouté que l’homme dans le monde sera menacé à l’avenir par l’apparition de nouveaux virus à cause des réactions virales, et les organismes médicaux mondiaux doivent se préparer à en faire face en fructifiant les recherches scientifiques.
Le professeur a affirmé que l’Algérie est très en retard en terme de stratégies pour faire face aux dangers d’épidémies, comparativement à ce qui est mis en vigueur actuellement dans les pays du monde pour faire face à l’épidémie de la grippe porcine.
Le Professeur Algérien, ex député à l’APN (Assemblée Populaire nationale), a affirmé que les autorités sont obligées d’assurer des mécanismes efficaces pour faire face au danger d’une probable contagion du virus de la grippe porcine, et ce à cause de l’imminence de la saison estivale qui, habituellement, connaît l’affluence des milliers d’émigrés venant de l’Europe et des Etat Unis.

source : el khabar


Repost 0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 08:11

Cent quatre-vingt villages sur les 1 400 que compte la wilaya de Tizi-Ouzou sont classés zones à risque des feux de forêts. Cela a été communiqué hier lors d’une réunion consacrée à la préparation de la saison des grosses chaleurs et lors de laquelle, il a été procédé à l’installation d’un comité de wilaya de prévention et de lutte contre les feux de forêt.

Ladite réunion a regroupé toutes les directions de l’exécutif de wilaya, pour dire que tout le monde est concerné par le problème d’incendie. La saison dernière les feux ont ravagé par moins de 2 700 hectares causant une perte estimée à 151 millions de dinars.

C’est pour éviter de telle catastrophe que les pouvoirs publics semblent déployer leurs efforts. La direction des forêts a mené une investigation à travers tous le territoire afin de mieux le connaître et le cerner. Une carte à été établie sur les zones selon les degrés à risque évalués avec une échelle de quatre niveaux. Au niveau 4, 37 villages sont considérés comme des zones à haut risque.

Ils se trouvent dans les communes Aghrib, Aït Yahia Moussa, Iflissen, Azefoun, Yakouren et Zekri. Par ailleurs et dans le but de contrecarrer les feux de forêts, la wilaya de Tizi-Ouzou a mis en place un dispositif qu’on peut qualifier d’impressionnant puisque celui-ci est composé de quelques 2 000 agents, 215 engins en plus de 6 brigades mobiles. 23 points d’eau seront également réquisitionnés dans la même perspective. Il y a lieu de signaler aussi qu’il a été procédé à l’ouverture de 40 km de pistes destinées à faciliter l’accès dans les zones fortement boisées. Parallèlement à cette action, une initiative a été prise concernant le reboisement des zones détruites durant les deux dernières années. Il a été procédé ainsi à l’implantation de plus de 1 000 hectares avec des oliviers, figuiers, et autres arbres fruitiers.

Intervenant lors de la réunion qu’il a lui même présidée, le wali a insisté sur la nécessité que les éleveurs de bétail et l’ensemble des fellahs déclarent leurs biens aux assurances.

Pour lui, il n’est plus question que les services publics prennent en charge, à leur compte, toute perte causée par les feux de forêt. Notons que dans son registre, 572 fellahs ont bénéficié de l’opération de l’implantation, dans 60 villages relevant de 15 communes.

source : La Dépeche de Kabylie

 


Repost 0
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 22:20



Des investisseurs français ont fait part de l'intérêt qu'ils portent à un «partenariat gagnant-gagnant» avec les opérateurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, a indiqué le chef de la Mission économique de l'Ambassade de France à Alger, Marc Bouteiller.

Une délégation d'entreprises françaises, composée de banquiers et d'industriels, conduite par Marc Bouteiller, s'était rendue, lundi, en visite de travail dans cette région. A l'issue de cette visite, M. Bouteiller a indiqué que «les sociétés françaises sont convaincues du grand potentiel» économique de la wilaya. Il a fait valoir que de grands groupes industriels comme des PME «sont déjà actifs» dans cette région mais que «la France souhaite qu'il y ait davantage de partenariats».

Le chef de la Mission économique française a cité les banques, les infrastructures et l'environnement comme exemples de coopération jugée «fructueuse», dans un esprit de «partenariat gagnant-gagnant». La délégation française a pris connaissance des grands projets de développement de la wilaya de Tizi-Ouzou, notamment « dans les secteurs des transports, de l'hydraulique, de la santé, de l'industrie, du logement et des infrastructures sportives» ainsi que des potentialités touristiques. Compte tenu de ces opportunités d'investissements offertes par la région, M. Bouteiller s'est engagé à revenir prochainement à Tizi-Ouzou, accompagné d'entreprises françaises «à même de répondre à ces besoins» tant à court qu'a long terme.

Repost 0

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives