Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 00:33
C’est le chanteur-compositeur Djamel Laroussi qui a eu l’honneur de réaliser le magnifique jingle du 2e Festival panafricain. Djamel Laroussi qui est inspiré de la chanson Ana Horra Fi El Djazair que Meriem Makeba avait chantée lors du 1er Festival culturel panafricain de 1969 pour réaliser le jingle du 2e Festival panafricain qui a été concu pour qu’il soit vu et écouté pendant les audiences de grande écoute , autrement dit avant le journal de 20 heures. Mais ce qui m’énerve ces jours ci, puisque je zappe vers l’unique rien que pour ne pas rater les quelques secondes de bonheur à voir et écouter le beau jingle du 2e Festival panafricain.
le comble avec les techniciens de la télé algérienne, qui nous le coupe toujours au milieu, puisque arrive toujours l’heure de diffuser le journal…et la question que je me pose..y ‘a ils que des nases a la télé pour ne pas donner de l’importance au temps qui se gère normalement en professionnel puisque il coute de l’argent ou alors c’est comme d’habitude, on se fout, ils se disent entre eux personne ne va rien remarquer et pourtant nous sommes des milliers d’algériens a attendre la diffusion de ce jingle parce que c’est de l’art, et c’est tellement bien foutu.
Sinon pourquoi se casser la tète a aller commander un travail qu’on se met à triturer après pour éviter sa diffusion de manière intégrale, c’est a n’y rien comprendre.
A noter enfin que Djamel Laroussi est connu pour son tube Ya Djilali qui avait été à la tête du Top 50 de Radio El Bahja, et son album Etoile filante pendant six mois à la première place du hit parade algérien. Djamel Laroussi, ce grand musicien qui joue presque de tous les instruments, a le don de jouer merveilleusement de la guitare. Son succès, il le doit à son art de composer des musiques en se promenant allégrement entre le blues, le jazz, le gnawi et le Chabbi.
La musique de Djamel Laroussi est comme un arc-en-ciel. Les tons et les rythmes se mêlent en douceur pour sortir dans des rythmes bien vivants. D’ailleurs le choix de Djamel Laroussi pour la composition du jingle du Panaf n’est pas fortuit. Ce talentueux artiste a déjà été appelé à représenter l’Afrique au festival de la musique universelle de Duisburg en Allemagne en 1999. Auparavant, en 1998, l’une de ses chansons a été choisie pour la compilation New African World Beat avec les plus grands chanteurs africains, notamment Youssou N’dour et Salif Keita. Ses tournées l’ont mené à travers plusieurs pays tels que la Suisse, l’Allemagne, le Mexique et les Etats-Unis.
Repost 0
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 11:58

Le nouveau code communal doit être accompagné d’une réforme réfléchie des finances et de la fiscalité locale», a réaffirmé, jeudi, à Alger, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, en marge de la signature, par son département ministériel, de contrats programmes avec trois entreprises nationales pour l’équipement des communes. En effet, le ministre a précisé que ce projet sera d’abord examiné par le gouvernement, faisant remarquer que le nouveau texte de loi comporte beaucoup de nouveautés, notamment en ce qui concerne la consolidation des prérogatives des élus au niveau de l’Assemblée populaire communale (APC) et la clarification des rapports entre instances élues et institutions administratives. A ce titre, deux projets de loi sont toujours en examen par le gouvernement, l’un sur l’amélioration des ressources fiscales et financières des communes, l’autre sur le nouveau découpage administratif. Sur le point de la réforme des finances locales et du système fiscal des communes, M. Zerhouni a affirmé que cette réforme vise essentiellement à «encourager l’esprit d’initiative» au niveau des APC, à même de procurer des ressources financières stables et régulières permettant de renflouer leur trésorerie et disposer de plus de liberté dans la gestion.

Dans cette optique, la démocratisation et la gestion décentralisée permettront sans aucun doute aux maires de faire fructifier les affaires de leurs communes et de tracer des programmes ambitieux d’infrastructures pour attirer l’investissement. Les APC doivent participer à la gestion des politiques relatives à l’aménagement du territoire, à la protection de l’environnement, à la lutte contre le chômage et à la pauvreté. S’agissant, du nouveau découpage administratif, celui-ci vise à promouvoir le statut d’un grand nombre de daïras à un rang de wilaya déléguée, en attendant de les décréter nouvelles wilayas. M. Zerhouni a laissé entendre que le retard de l’application de ce projet n’est pas dû à un manque de volonté du gouvernement. Il a expliqué que les membres du gouvernement avaient pris le temps nécessaire pour réunir les ressources humaines et financières essentielles pour la gestion de ces nouvelles wilayas. En tout cas, une chose est sûre, l’urgence  de  la réforme de ce code fait l’unanimité parmi la classe politique qui dénonce régulièrement la situation dans laquelle est enfermée le P/APC, réduit à servir de boîte aux lettres entre le wali et le chef de daïr
a.

Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 05:10

Les responsables affirment que 70% des employés de l’Education en ont bénéficié.

A quelques jours de l’annonce des résultats officiels du baccalauréat, des voix s’élèvent dans le secteur de l’Education nationale pour poser la question lancinante: où vont les milliards des oeuvres sociales? En 2008, les oeuvres sociales ont dépensé 300 milliards de centimes. Pointée du doigt, la gestion de ces oeuvres suscite toujours des débats parmi des employés qui subissent des ponctions sur salaire de l’ordre de 3%. Gravissime!
La répartition des dépenses reste tributaire de manipulations. Corollaire de ce jeu obscur, des sommes importantes sont destinées à des wilayas où les besoins sont en deçà de l’offre. Au fil des années qui s’égrènent, on a l’impression que cette pratique est devenue une règle. Irrités par cette situation défavorable, ces employés demandent à ce qu’ils soient intégrés dans la gestion de l’argent des oeuvres sociales afin d’arrêter cette «hémorragie pécuniaire». D’autre part, ils insistent sur l’ouverture d’une enquête minutieuse qui permet de lever le voile sur le mystère qui entoure cette gestion. Une gestion qui constitue la pierre d’achoppement pour le secteur de l’éducation. Certains accusent, d’autres récusent. S’il est ouvertement reproché aux responsables des oeuvres sociales de mal gérer l’argent mis à leur disposition, ceux-ci affirment que 70% des employés de l’Education en ont bénéficié. Un autre aveu qui ne sera pas sans conséquences. Et Boubekeur Benbouzid se trouve dos au mur, lui qui tient, selon ses dires, au principe de bonne gestion comme à la prunelle de ses yeux.


Le mal affecte plusieurs parties et se propage comme une épidémie dangereuse. Les enseignants expriment a qui veut les entendre, leur colère. Ils évoquent des dépassements sans précédent et les conditions dans lesquelles ils exercent leur noble métier. Certains ont tiré à boulets rouges sur les responsables des oeuvres sociales concernant l’acquisition des véhicules dont le paiement s’effectue par facilités. Des ponctions sur salaires persistent en dépit du paiement total du montant de l’achat. D’autres veulent récupérer leur argent déboursé pour des excursions qui n’ont pas lieu jusqu’à aujourd’hui. Ces voyages, ce sont des personnes hors du secteur qui en avaient bénéficié...gratuitement. Les affaires scolaires distribuées à chaque rentrée scolaire dans le cadre des oeuvres sociales rentrent dans cette gestion corrompue. Certains observateurs affirment même que le coût réel (500DA) ne reflète guère celui annoncé (2500DA).


Tout en reconnaissant le fait, le président de la commission nationale des oeuvres sociales de l’éducation, Omar Derwich, a précisé que des responsables des oeuvres sociales ont été démis de leurs fonctions. Et d’expliquer que ce sont des erreurs professionnelles qui ne devaient pas être classées dans le cadre de détournement des oeuvres sociales.
La crise qui couve au ministère de l’Education nationale risque d’avoir des répercussions fâcheuses sur la rentrée scolaire prochaine. Le problème de gestion dure depuis longtemps. Il y a environ une année, le ministre de l’Education l’a reconnu lui-même.


Gestion scandaleuse des cantines, des écoliers ont failli mourir de faim. Sur les 20 milliards de dinars alloués aux cantines scolaires du primaire, une somme importante a été soit dilapidée, soit gaspillée. «Sur les 20 milliards de dinars réservés aux cantines, 12,5 milliards de dinars ont été soit dilapidés, soit gaspillés par les directeurs d’école qui les ont utilisés à d’autres fins», avait dévoilé Benbouzid.


Cette somme détournée, le ministre n’a pas précisé si elle concerne uniquement l’année scolaire précédente. Conscient de la difficulté de la tâche, le premier responsable de l’Education estime que «la participation des parents d’élèves et leurs associations dans les établissements scolaires est très importante, et malgré tous les efforts consentis de notre part et de la fédération, beaucoup de choses restent à parfaire (...) Pour ce faire, nous avons besoin de la collaboration des parents d’élèves». Sauf que cette collaboration nécessite une politique éducative claire et cohérente.

l'expression

 

Commentaires

Enfin un article courageux qui a osé s’attaquer a cette citadelle de milliards réservés aux priviligiés de l’education nationale qui depensent dans le cadre des œuvres sociales dans l’opacité  la plus totale.

Repost 0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 05:06



L'Algérie reste l'un des rares pays au monde dont les supporters utilisent encore des fumigènes et autres engins pyrotechniques tels que les pétards dans les stades de football, et ce, malgré les interdictions maintes fois réitérées par l'instance du football mondial et les appels de la FAF à l'endroit d'un public qui ne mesure peut-être pas les lourdes conséquences que pourrait subir notre football et plus particulièrement l'équipe nationale, pourtant tellement bien lancée dans la compétition qualificative pour la CAN et le Mondial 2010 .

Mais il est vrai qu'au-delà de cette inconscience dont font preuve ces spectateurs qui portent préjudice à notre onze national, il y a toutes ces interrogations récurrentes qui nous ramènent à la provenance de ces produits et à leur écoulement sur le marché ainsi qu'à la facilité avec laquelle ils sont introduits et utilisés dans les stades, malgré toutes les supposées restrictions telles que les fouilles au corps à l'entrée et les surveillances accrues déployées dans les gradins, notamment lors des matches sensibles.

Celui du 7 juin à Tchaker en était un et ce n'est sûrement pas par hasard que la Fifa avait dépêché ce soir-là non pas un mais deux commissaires de sécurité pour justement s'enquérir de la situation, car nos stades sont classées parmi ceux qui utilisent le plus les engins pyrotechniques et surtout les fumigènes à travers le monde.

Hélas, une fois de plus, lors du match Algérie-Egypte, certains supporters sont passés outre toutes les mises en garde que les responsables du football national et organisateurs du match ont adressées, puisque des fumigènes ont été allumés dans les tribunes, causant à un certain moment un épais brouillard qui aurait pu amener l'arbitre camerounais à arrêter momentanément la partie. Heureusement que cela n'a pas été le cas, mais il n'empêche que le rapport des officiels de la Fifa a entraîné une procédure disciplinaire au niveau de l'instance de

Zurich, et il faudra toute une gymnastique pour que les responsables de la Fédération algérienne de football puissent recoller les morceaux et s'en sortir au mieux avec une lourde amende. Mais qu'on se le dise, ce serait vraiment la dernière sonnette d'alarme pour notre football qui est désormais dans le collimateur de l'autorité suprême du football mondial, à quelques encablures seulement d'une place pour le Mondial sud-africain qu'il serait franchement stupide de perdre à cause d'un geste irréfléchi.          

Source : le temps                                                                                                            
Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 08:16
Le 7 juin dernier, une jeune universitaire belge d'origine turque est élue au Parlement régional de Bruxelles Capitale. Elle est belle et porte un foulard sur la tête. Sacrilège ! Crie la droite, qui a perdu sa conquête de la Capitale belge. Encore la démocratie face à l'Islam.
Comme si les sujets de discorde politique manquaient en Belgique, voilà de nouveau une histoire de foulard sur laquelle les partis politiques de gauche et de droite se «crêpent le chignon», réveillant du coup les vieux réflexes communautaires et donnant l'occasion aux extrémistes de tous bords de crier «sus à l'envahisseur». La raison ? L'élection, le 7 juin dernier, au Parlement régional bruxellois de Mahinur OZDEMIR, une jeune belge d'origine turque, musulmane dont le tort est de porter le foulard. Cela a suffi pour que deux députés du Mouvement réformateur de droite (MR), en l'occurrence Denis DUCARME (député fédéral) et Jacques PIVIN (député régional), déclanchent une campagne virulente où il est question de démocratie, de laïcité, d'identité, d'Islam, de communauté, d'immigration etc. L'argument des deux élus «belges» de droite : la neutralité de l'Etat. Ils appellent à légiférer pour l'interdiction «du port de signes religieux ostensibles» par les élus dans les enceintes parlementaires. Les partis politiques de gauche qui, rappelons-le, sont en pleine négociation pour des gouvernements de coalition pour les régions de Bruxelles - Capitale et de Wallonie, voient dans cette diatribe un faux problème, voire une diversion de bas niveau destinée à éloigner les Belges de vrais problèmes qu'ils vivent en ces moments de crise économique et sociale. Le Parti socialiste (PS), Ecolo et le Centre démocratique humaniste (CDH), rassemblés sous l'appellation de «l'Olivier», ne voient pas l'utilité de légiférer sur ce cas puisque «nous vivons en démocratie représentative, et les élus sont sensés être les représentants de leurs électeurs. Et que par ailleurs, la liberté religieuse est garantie», a déclaré Joëlle Milquet, présidente du CDH. De son côté, Michel Javaux, coprésident d'Ecolo, rappelle que «nous sommes dans un Etat neutre et pas dans un Etat laïc». Cela veut dire, entre autres, que «le droit de réserve s'impose au fonctionnaire qui rend service à l'usager, mais que le Parlement doit être le reflet de la société». Le PS abonde dans le même sens en estimant que «cette personne - Mahinur OZDEMIR - a fait campagne en toute honnêteté et a été élue. Que dans un parti il y ait différentes convictions religieuses, on peut le comprendre. Autre chose serait de voir quelqu'un rendant service aux citoyens dans l'administration où l'on se doit à l'impartialité». Le hic, c'est que Melle OZDEMIR siège déjà, en tant qu'élue locale, au Conseil communal de la commune Bruxelloise Schaerbeek (la plus peuplée de la capitale avec 150.000 habitants). Le Mouvement contre le racisme et la xénophobie, le MRAX, a immédiatement réagi aux propos des députés de droite en publiant un communiqué dans lequel il écrit : «la neutralité de l'Etat, le MRAX y est bien sûr attaché... cette neutralité se mesure aux actes posés et ne peut se préjuger de la manière dont tel ou tel fonctionnaire public exprime, le cas échéant, son identité religieuse». Le communiqué ajoute par ailleurs que : «ceux qui ont décidé de faire de ce foulard l'enjeu d'une croisade à répétition au nom de quelques grands principes dévoyés, porteront la responsabilité d'affrontements dont notre société a tout intérêt à faire l'économie». Pour la petite histoire, Denis DUCARME a l'habitude de ce genre de sortie médiatique à la limite de la décence politique. Voilà deux ans, il a passé un séjour en Espagne à écouter les doléances de Sahraouis pro-marocains, pour en revenir avec un «témoignage sur le rapt et l'enlèvement des enfants sahraouis par le Polisario pour les endoctriner à Cuba». Rien que ça ! Ce même rapport qu'il a tenté, en vain, à faire endosser comme document à charge du Polisario devant la Commission des droits de l'Homme de l'ONU. Faut-il conclure qu'à chacune de ses déceptions politiques, Monsieur Denis DUCARME se défoule sur un bouc émissaire ?

Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 08:10

En finir avec la cigarette en limitant le stress et la prise de poids est possible à condition d'anticiper et de s'organiser ! Un programme en 5 étapes vous permettra d'arrêter de fumer en beauté !

Décrocher de la nicotine en gardant la ligne, c'est possible !
Vous souhaitez arrêter de fumer, mais vous craignez pour votre ligne ? Alors, ce programme est pour vous ! La méthode miracle n'existe pas, mais une préparation adaptée à votre mode de vie peut vous aider à y parvenir en douceur.

Pour aborder sereinement l'arrêt du tabac et contrôler votre poids, nous vous proposons un programme en cinq étapes, à suivre à votre rythme.

A présent, attaquez le programme !
A vos baskets !

Dans la série des bonnes résolutions, la pratique d'une activité physique régulière est l'ingrédient indispensable pour garder la forme et combattre le stress. La meilleure solution pour garder la ligne : associer le plaisir et l'effort. Si un abonnement à une salle de gym vous paraît trop contraignant, prenez plutôt un cours de danse africaine, de l'aquagym.

Il existe aussi de nombreuses astuces pour bouger davantage dans la vie quotidienne : prendre les escaliers plutôt que l'ascenseur, laisser sa voiture au garage pour aller acheter son pain, visiter les parcs et forêts avoisinants les week-ends. N'oubliez pas que la régularité de l'exercice compte plus que son intensité !  

Décodez votre alimentation !
Surveiller son alimentation à l'aide du carnet de bord est un préalable indispensable à l'arrêt du tabac. Pendant 2 à 3 jours, remplissez votre bilan alimentaire sans modifier votre alimentation habituelle.

Faites ensuite le point avec un diététicien. Au final, il est conseillé d'effectuer un nouveau bilan alimentaire pour vérifier si vous avez bien appliqué les règles d'équilibre alimentaire. Vous avez maintenant une alimentation saine et équilibrée ?

Passez à la prochaine étape !

La vie est un long fleuve tranquille...
Maintenant que vous êtes détendue, vous devez dégager du temps POUR VOUS. Etre occupée est un bon moyen d'oublier la cigarette, mais trouvez aussi le temps de prendre soin de vous et de vous faire plaisir. Dégagez du temps chaque semaine pour une activité physique ou un loisir, réservez une demi-journée pour un cinéma, un hammam, un bon livre.

La solution : votre agenda. Dès le début de la semaine, prévoyez au minimum une heure, au mieux une demi-journée, rien que pour vous et notez-le en rouge pour ne pas l'oublier

!  Le mot d'ordre : être égoïste !
Respirez, soufflez

Apprenez à souffler au moins une fois par jour, à vous aérer la tête : pensez à vous faire du bien ! Pour se détendre, rien de tel qu'une méthode de relaxation exotique. Au menu : respiration, lecture, yoga, shiatsu, réflexologie, do-in, massage californien,...

Adoptez la méthode qui vous correspond le mieux ! Vous avez réussi à mieux contrôler votre stress pendant 2 à 3 semaines de suite ? Vous êtes prête pour la prochaine étape !

Repost 0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 08:01
Malgré le dispositif médical mis en place à l'aéroport international Houari Boumediene par les autorités publiques, le premier cas confirmé de grippe porcine en Algérie serait bien passé par là, sous le nez et la barbe des services de contrôle sanitaire, laissant le doute s'installer chez les citoyens.

Pourquoi cette défaillance au moment où le personnel aéroportuaire et le ministère de la Santé affichaient une assurance totale ? Des informations recueillies hier faisaient état de l'absence d'examen médical pour les passagers en provenance de l'étranger. Les médecins rencontrés évoquent en effet la période d'incubation qui fausse le contrôle, étant donné que les symptômes ne sont pas visibles durant cette étape. Cette période peut durer, selon les spécialistes, 7 à 8 jours, durée durant laquelle le malade ne présente aucun signe de la grippe A/H1N1.

La ressortissante algérienne atteinte de ce nouveau virus, selon le chef de service de l'équipe de contrôle sus-citée, était justement en phase d'incubation, d’où la «défaillance du contrôle». Selon cette source, la personne atteinte semblait être donc en bonne santé.
Un autre témoignage contredit les déclarations des médecins.

Mme N. Z., ressortissante algérienne établie aux Etats-Unis qui se trouvait elle aussi à bord du même avion que la dame atteinte du virus, nous a confié qu’elle avait «remarqué que la femme victime de la grippe semblait fatiguée, alors qu'un de ses deux enfants avait déjà le nez qui coulait».

Mme N. Z., qui a discuté pendant un long moment avec elle et a affirmé que les passagers de ce vol n'ont subi aucun contrôle médical. «Nous sommes passés le plus normalement et aucun médecin ne nous a interceptés à l'arrivée pour prendre la température des passagers un par un ou encore nous poser les questions nécessaires.» La même source affirme qu'elle n'a été contactée par aucun service par la suite en tant que sujet suspect. «Moi, je suis partie de ma propre initiative à l'hôpital El Kettar pour m'assurer que je n'ai pas été contaminée.» Mais là encore, les interrogations s'accentuent car Mme N. Z.

affirme qu'aucune analyse n’a été effectuée sur elle. «Le premier jour où je me suis rendue à l'hôpital, j'ai été reçue par un médecin qui m'a recommandé de revenir le lendemain pour être vue par le professeur, qui lui saura quoi faire», a-t-elle déclaré, avant d'ajouter : «Le deuxième jour, le professeur m'a auscultée et pris ma température.

Après quoi, il m'a posé quelques questions concernant le vol, mon état de santé et mon âge mais sans effectuer un test adéquat. Il m'a tout juste demandé de revenir au cas où je me sentirais mal.»Le CHU El Kettar est, pour rappel, désigné comme un hôpital de référence qui doit être doté de tout le matériel nécessaire pour que le malade soit pris en charge dans les meilleures conditions.

Le test de dépistage du virus est-il disponible dans les hôpitaux de référence ? Comment nos médecins comptent-ils maîtriser cette pandémie s'ils ne savent pas encore comment se comporter avec cette nouvelle maladie ?

source: le temps

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 22:20

Le traitement de l’information en provenance d’Iran par les médias occidentaux ,montrent a quel point le principe des deux poids ,deux mesures y soit la règle de base pour traiter les événements politiques qui se passent en orient, ainsi le nombre de photos sur la page



d’accueil du site de France24 (voir photo) illustrant les évènements en Iran est de cinq sur un total de douze photos censés illustrés l’actualité internationale du jour, cinq sur douze parait étre un ratio on ne peut plus injustifié, d’autant plus que l’agression israélienne sur gaza l’année passée sur ce site n’avait pas connu le même traitement en photos et autre articles décrivant l’invasion, serait on donc devant une autre forme de manipulation des opinions occidentales comme ce fut toujours le cas.

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 07:53

Créé pour partager des informations, des photos, des vidéos et retrouver des amis d'enfance ou des membres de la famille, les réseaux sociaux servent actuellement d'instrument de propagande politique et d'espace de recrutement des agents des services secrets.

Consciente du rôle important que joue Facebook dans la collecte de l'information, la CIA a effectué un investissement de plus de 40 millions de dollars pour développer ce réseau social fréquenté par 170 millions d'internautes dans le monde.

Même s'il est difficile de prouver l'existence de liens directs entre la CIA et les réseaux de socialisation, des journalistes et des enquêteurs ont tout de même réussi à faire la lumière sur le rapport indirect qu'entretient l'agence américaine du renseignement et Facebook.

Selon une enquête d'un journaliste britannique publiée en 2008 dans le journal The Guardian, la CIA a investi dans Facebook bien avant qu'il ne devienne l'un des réseaux sociaux les plus populaires d'Internet.

Un autre journaliste affirme que Facebook est un outil sophistiqué financé par l'Agence Centrale d'Intelligence (CIA), qui non seulement l'utilise pour le recrutement d'agents et la compilation d'informations sur toute la planète, mais aussi pour monter des opérations sous couvert. D'ailleurs, depuis décembre 2006, la CIA utilise Facebook pour recruter de nouveaux agents.

En 2008, les services du renseignement britanniques ont eu recours au site Facebook pour recruter du personnel. Le Secret Intelligence Service (SIS) ou MI6, service du renseignement extérieur, publie des annonces depuis quelques semaines sur le site Facebook dans le cadre de sa campagne de recrutement. Dans le cadre de la propagande politique, Facebook a proposé aux internautes, au lendemain de l'élection présidentielle iranienne, une version en farsi.

Une manière, selon certains analystes, d'aider les partisans de Mir Hossein Moussavi à mobiliser la rue dans le cadre de la contestation de l'élection de Ahmadinejad.

Dans la foulée, le gouvernement américain est intervenu auprès du réseau de socialisation Twitter pour retarder une opération de maintenance prévue de longue date pour ne pas priver les Iraniens de ce dernier outil de communication.

Pour rappel, Barack Obama a utilisé Twitter comme outil médiatique lors de sa campagne pour l'élection présidentielle américaine de 2008. Les réseaux sociaux offrent un espace de libre débat et d'échange d'informations pour les internautes… Ces informations sont utilisées aussi pour des objectifs plus obscurs.

source: le temps

 

Repost 0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 07:40

Vivre en famille dans le calme et l'harmonie, vous en rêvez… C'est possible, grâce à la philosophie zen ! Voici quelques conseils pour régler en douceur les situations piégées du quotidien. 

Soyez dans «l'ici et maintenant»

Chaque fois que vous lui demandez de faire quelque chose, c'est systématique, il vous répond : «Attends, pas tout de suite, tout à l'heure…» Forcément, ça vous énerve, vous imaginez déjà le retard que ses tergiversations et atermoiements vont provoquer !

La solution zen, c'est de vous occuper pleinement du seul temps dont nous sommes maîtres, c'est-à-dire : le présent. Pour les enfants, seul le moment présent existe. Lorsque vous lui dites : si tu ne te dépêches pas, on va être en retard, votre enfant ne vous comprend pas.

Donnez-lui plutôt un emploi du temps précis du timing que vous avez prévu : heure du lever, temps pour s'habiller, temps pour le petit-déjeuner, temps pour jouer, heure du bain… Montrez-lui sur le réveil la durée exacte dont il dispose et s'il est tout petit, utilisez un minuteur : «Voilà, quand ça sonne, tu t'habilles, je compte sur toi.»

Montrez l'exemple. Quand vous l'emmenez au supermarché, il court dans les rayons, réclame des bonbons, s'éclipse aux jouets, trépigne à la caisse… Bref, votre enfant est hyperagité. Avant de chercher la cause d'un problème à l'extérieur, le parent zen s'interroge sans complaisance sur ce qu'il donne à voir de lui. Qu'en est-il de vous ?

Faites-vous les courses sereinement, est-ce un moment agréable à partager ou une corvée que vous expédiez dans le stress après une longue et fatigante journée de travail pour vous et d'école pour lui ? Si c'est la deuxième option la bonne, faites une pause ensemble avant les courses, prenez un goûter, faites un petit tour à pied pour décompresser.

Avant de rentrer dans le supermarché prévenez-le : s'il court dans tous les sens, il sera puni. Il est important que la règle et la sanction soient énoncées à l'avance, dans le calme et non dans la colère de l'instant.
Acceptez votre enfant tel qu'il est

Selon la philosophie zen, nous sommes parfaits tels que nous sommes et nous n'avons pas à nous transformer, à faire des efforts pour devenir plus ou mieux

. Comme tous les parents, vous aimeriez que votre enfant soit plus obéissant ou au contraire plus affirmé, moins timoré ou au contraire moins casse-cou, plus autonome ou au contraire plus câlin, bref, il n'est jamais comme vous voudriez qu'il soit. Et c'est tant mieux.

Votre rôle, c'est de l'aider à être lui-même. S'il fait «le bébé» ne le poussez pas à grandir trop vite, en régressant votre enfant «dit» qu'il est au seuil d'une nouvelle étape de croissance, qu'il va abandonner ce qu'il connaît pour plonger dans l'inconnu, d'où ses peurs et sa régression pour se sécuriser.

S'il a peur des autres à l'école, parlez-lui de vos propres peurs au même âge et de la façon dont vous les avez surmontées et dépassées. Vos expériences, vos exemples vécus l'aideront à affronter les difficultés.

Apprenez-lui à se relaxer
Il se réveille et vous appelle plusieurs fois dans la nuit pour que vous veniez le chercher parce qu'il a soif, il a chaud, il a fait un cauchemar… Bref, vos nuits sont rudes. Les enfants disent avec leur corps leur refus de s'endormir et à travers leurs cauchemars toutes les émotions et les appréhensions qu'ils ne peuvent mettre en mots.

Pour calmer l'anxiété de votre tout-petit, prenez tous les soirs à la même heure un quart d'heure que vous appellerez «la bulle de calme». Installez-vous, son père, vous ou les deux, dans sa chambre, lui assis dans son lit, et vous à côté de lui par terre. Apprenez-lui à se relaxer. Demandez-lui de relâcher tout son corps

(«fais-toi tout mou comme un ballon dégonflé»), ensuite de fermer les yeux, d'inspirer doucement et profondément par le nez et d'expirer par la bouche. Une dizaine de fois. Il s'agit de lui apprendre à relâcher toutes les tensions de son corps et de s'apaiser en respirant. Expliquez-lui qu'au même âge vous aviez les mêmes cauchemars et que les peurs passent avec l'âge, quand on grandit.

source:le temps

 

Repost 0

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives