Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2009 2 11 /08 /août /2009 21:26
Dénicher un personnel qualifié et de surcroît compétent pour le bon fonctionnement de son entreprise ne constitue guère une équation facile à résoudre pour de nombreux opérateurs économiques activant en Algérie. Non seulement ces compétences ont tendance à se raréfier, compte tenu notamment de la persistance du phénomène de la «fuite des cerveaux»

de nature à déposséder le pays de son élite, ce genre de personnes aux aptitudes professionnelles très sollicitées sont qualifiées «d'instables» par quelques responsables d'entreprises.

Jamel Eldine Zerouk, directeur général délégué aux opérations au niveau de l'entreprise HB Technologie, fait partie de cette catégorie de gérants qui déplorent l'attitude instable des compétences professionnelles. «Les compétences en Algérie sont instables. Elles sont toujours en quête de la meilleure offre lucrative en matière de rémunération, et ce, au grand dam de la culture de l'entreprise et de l'esprit de carrière», souligne

M. Zerouk. Ce dernier met l'accent en outre sur ce procédé selon lui «déloyal» et qu'il désigne de «détournement de compétences». Une telle pratique à tendance à gagner en ampleur, comprend-on des explications de M. Zerouk. Notre interlocuteur considère en effet comme étant une grave anomalie le fait «qu'une quelconque entreprise attribue une formation notamment à l'étranger et à des coûts exorbitants pour l'un de ses employés pour qu'au bout du compte une autre entreprise vient le récupérer soit par le biais d'une augmentation de salaire, soit via l'octroi d'autre avantages».

A une question quant à savoir si l'entreprise HB Technologie est en quête d'employés compétents dans des domaines afférents à son activité, notre interlocuteur répond par l'affirmative. Il explique que son entreprise manque d’ingénieurs en électronique et en informatique notamment, ainsi que de spécialistes en management et en matériaux.

Opérant dans le domaine de l'électricité et de la télécommunication, l'entreprise Besmala, implantée à Alger et gérée par l'Egyptien Issam Elsayes, est confrontée, elle aussi, à cet épineux problème qui a pour définition le manque criant de compétences. Son gérant avoue en effet avoir beaucoup de peine à dénicher des spécialistes dans le montage électronique. Ces cas d'entreprises qui peinent à se doter d’un personnel qualifié ne sont quelques exemples parmi tant d'autres illustrant de manière irréversible le manque flagrant de compétences dont souffre notre économie.

Elles se comptent en dizaines ces entreprises relevant du secteur privé qui butent sur de sérieuses difficultés quant à se pourvoir en personnel compétent doté d'une expertise aguerrie dans un domaine professionnel précis. Dans le secteur de la Pme, ce manque à gagner en matière de ressources humaines chevronnées est encore plus important, et ce, compte tenu, indique-t-on de source fiable, du mode de gestion «traditionnel» des petites et moyennes entreprises.

Quid du secteur public ?
Sans doute que les secteurs qui enregistrent un déficit certain en matière de ressources humaines ne sont autres que l'éducation et la santé. C'est en effet un secret de Polichinelle que d'affirmer que beaucoup de nos hôpitaux, en particulier ceux du sud et de l'intérieur du pays, manquent cruellement de spécialistes de la santé. Idem pour le secteur de l'éducation nationale, où le déficit en matière d'enseignants de mathématiques et des langues s'explique, selon le coordonnateur national du Cnapest, notamment par «l'augmentation du volume horaire et aussi les nouvelles orientations du secteur éducatif».

D'autres secteurs, à l'image de celui de l'agriculture, s'emploient présentement à combler le manque à gagner en termes de compétences humaines. «Le problème est en passe d'être résolu, le secteur de l'agriculture est doté de huit instituts de formation des professionnels du secteur à travers le pays», nous a fait savoir une une source de la cellule de la communication au ministère de l'Agriculture.

Il va sans dire que si les pouvoirs publics ont consenti autant d'efforts visant à hisser à un niveau élevé le secteur de l'agriculture, ceci pour la simple et bonne raison qu'il est attendu de ce créneau d'activité de pérenniser l'action du développement une fois que nos ressources en hydrocarbures se tariront.

C'est la faute à l'université, selon le Cread

Le manque de compétences humaines dans divers domaines d'activités résulte également de l'inadaptation de l'Université algérienne aux besoin du marché du travail. C'est en effet l'approche de Bedrani Slimane, du Centre de recherche en économie appliquée (Cread).
«Nos universités ne s'emploient pas à former le profil de compétence qui manque à notre économie et qui est tant sollicité par le marché du travail», déclare

M. Bedrani, contacté hier par nos soins. En sa qualité de rédacteur en chef des Cahiers du Cread, notre interlocuteur avoue «avoir beaucoup de difficultés quant à trouver des spécialistes en économie ou en sociologie qui de par leur niveau seraient aptes à évaluer les écrits et autres analyses faites dans les mêmes domaines précités et ce avant leur parution dans les Cahiers de Cread», affirme M. Bedrani.

Le Cread, soit dit au passage, n'est pas la seule institution à se mettre en quête de sociologues et de spécialistes en économie. Preuve en est et pour les besoins d'une double enquête sur les salaires des Algériens dans le secteur économique ainsi que sur le pouvoir d'achat, le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité social vient tout juste de lancer un avis d'appel d'offres restreint en direction des chercheurs, des spécialistes en économie notamment, pour la réalisation de cette initiative.

Ce qui est à même d'illustrer on ne peut mieux l'idée selon laquelle les chercheurs en Algérie, qu'ils soient économistes, sociologues ou spécialistes dans d'autres domaines, ne courent pas les rues, pour ne pas dire carrément qu'ils sont introuvables.

source:le temps

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives