22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 19:24
On te voit le bout des seins à travers le chemisier ?" Henri, un Français d’une cinquantaine d’années vivant à Lyon, envoie ce SMS à un numéro de téléphone abrégé. Cela lui coûte 1 euro. Son destinataire est une belle brune qui vient de lui transmettre par MMS une photo d’elle vêtue d’un haut blanc très moulant. Henri entame alors une conversation érotique, via des textos tapés sur le clavier de son téléphone, avec une femme qu’il croit être une Française de 32 ans nommée Sylvie habitant près de sa ville.

Mais Sylvie n’existe pas. A l’autre bout du fil ou, plus exactement, d’un clavier d’ordinateur, c’est un jeune Marocain de 22 ans, Reda, qui alimente ses fantasmes. Il travaille comme téléopérateur érotique à Casablanca. A ses côtés, une vingtaine de garçons et de filles du même âge sont engagés dans des conversations similaires avec des clients qui se trouvent en France et en Belgique.

Il y a une dizaine d’années, la baisse du prix des télécommunications et les faibles salaires au Maroc ont poussé les sociétés qui offrent des services téléphoniques – renseignements, vente par correspondance et autres – à déménager leurs plates-formes dans ce pays. Selon des sources proches de cette industrie, elles réduisaient ainsi leurs coûts de 30 à 40 %.

Les premiers à débarquer ont été les mastodontes français du secteur. Puis les espagnols Atento et Grupo Konecta ont ouvert des sièges à Tanger, à Tétouan et à Casablanca. Aujourd’hui, on trouve au Maroc 140 plates-formes, qui génèrent 25 000 emplois. Il y a quelques années sont venues très discrètement de France d’autres sociétés du même secteur, mais spécialisées dans ce que les Français appellent la "messagerie rose". Elles se sont enregistrées comme fournisseurs de services téléphoniques, sans préciser qu’elles se consacraient à la messagerie érotique. Il ne leur a pas été facile de recruter des salariés dans un pays musulman, où elles ne pouvaient pas passer d’annonces dans la presse. "C’est par le bouche-à-oreille que j’ai appris qu’elles embauchaient", se souvient Reda, étudiant en économie, engagé il y a deux ans. "On m’a proposé de passer un test pour un emploi dans les télécommunications culturelles, mais il était très clair qu’il s’agissait seulement de parler de sexe, poursuit-il, bien qu’aujourd’hui nos services se soient étendus à l’astrologie et à la voyance par SMS."

Reda, un garçon costaud et jovial, et Samira, une frêle étudiante en pharmacie de 23 ans, sont les seuls téléopérateurs qui aient accepté de me parler. Mais à condition que je ne publie pas leur vrai nom ni celui de leur entreprise. Les contrats qu’ils ont signés interdisent de divulguer le contenu de leur travail, que leurs parents ignorent aussi. "Je ne l’ai dit à personne, même pas à mes meilleures amies, avoue Samira. J’ai honte." "Pour le téléopérateur, c’est comme s’il était sur Messenger, explique Reda. Il y a des filles et quelques garçons virtuels, avec un profil préétabli incluant un nom, un âge, un lieu de résidence, des mensurations et, bien entendu, des photos de gens séduisants, mais pas trop beaux, pour rester crédibles. Les clients s’adressent à eux et nous leur répondons comme si nous étions dans leur peau."

Il faut leur envoyer au moins 150 SMS par heure pour exciter leur libido "et obtenir le taux de réponse le plus élevé possible – il ne dépasse jamais 90 % –, faire durer la conversation et se débrouiller pour qu’ils demandent par exemple qu’on envoie sur leur portable des vidéos où leur interlocutrice fait un strip-tease", au prix de 3 euros l’unité. "Les clients sont de tout type, en majorité des hommes frustrés ou immatures, qui cherchent du sexe virtuel mais aussi parfois de la tendresse, précise Samira. Il y a aussi des gays et quelques femmes qui souvent se sentent seules. Ce sont les seules qui préfèrent se connecter à notre salon 'soft' pour des discussions moins crues." "Beaucoup finissent par demander notre numéro de portable pour avoir un contact plus direct et certains sont si mordus qu’ils vont jusqu’à se déclarer à la fille virtuelle, poursuit Samira. Cela me donne encore plus mauvaise conscience de faire ce travail."

Les garçons et les filles de la plate-forme s’occupent indifféremment d’utilisateurs des deux sexes, "bien que la plupart d’entre nous préfèrent les hommes, parce qu’ils sont faciles à exciter", ajoute Reda. La durée de travail est de huit heures au maximum par jour et, lorsque le service est terminé, "un collègue prend la relève avec le client échauffé".

Dans le duplex de Casablanca où la plate-forme a été installée travaillent 150 jeunes téléopérateurs, dont seulement un tiers de femmes. Mais il n’y en a jamais plus de 25 à la fois. Ils répondent aux SMS vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept sous la supervision de chefs français. Selon Reda et Samira, il y a à Casablanca deux autres centres de messagerie rose, plus petits.

Les téléopérateurs sont payés l’équivalent de 1,90 euro l’heure de jour et 2,55 euros l’heure de nuit. Une personne travaillant quarante heures par semaine gagne un peu plus de 330 euros par mois, un tiers de ce qu’elle gagnerait en France. Les revenus de Reda avoisinent cependant les 500 euros. "Je me suis reconverti dans les nouveaux produits, la voyance et l’astrologie, qui sont mieux rémunérés", explique-t-il. Reda est issu d’une famille aisée et vit avec ses parents. "Je travaille pour être indépendant", déclare-t-il. Samira n’est pas de Casablanca et loge dans un foyer d’étudiants. Elle ne bénéficie d’aucune bourse d’études et ses dépenses sont payées par ses parents. "Je travaille pour leur coûter moins cher et me permettre quelques extras", précise-t-elle, comme si elle voulait s’excuser.

Comment les filles vivent-elles le fait d’avoir cette "spécialisation" dans un pays musulman ? "Pour la majorité, ce n’est qu’une source de revenus, et il y en a même parmi nous qui portent le hidjab [voile islamique], répond Samira. Mais il y en a aussi qui ne l’ont pas supporté et qui sont parties. Pendant la pause, sur la plate-forme, nous nous racontons parfois ce que nous ont sorti les clients. Mais, à l’extérieur, nous faisons abstraction de notre profession."

in Courrier international

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog