Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 21:25

                                             


Si les investisseurs étrangers et leurs différents représentants que nous avons rencontrés

sont unanimes à dire que «l'Etat algérien est souverain dans ses décisions», ils estiment cependant que les officiels algériens ont été peu loquaces sur ces orientations jugées peu claires. «On s'est adressés au ministère de l'Industrie et de la Promotion des investissements et à l'Agence nationale de développement des investissements mais apparemment cela les dépasse», note avec une pointe d'inquiétude Andreas Hergenröther, président de la chambre algéro-allemande de commerce et d'industrie. «On ne sait pas qui est réellement concerné, si ces mesures sont intemporelles ou limitées dans le temps. Il y a une incertitude qui est un facteur de frein. Même les administrations en charge d'appliquer ces mesures ne sont pas plus informées que nous», fait-il valoir.

L'Algérie donnerait l'impression de jeter le bébé avec l'eau du bain, constatent certains de nos interlocuteurs. «Avec ce type de mesures l'Algérie lance de mauvais signaux aux investisseurs étrangers», commente un responsable au sein d'une entreprise étrangère qui a requis l'anonymat qui plaide lui aussi pour «un effort de communication pour expliquer le pourquoi de ces mesures afin que les investisseurs aient une image plus claire sur l'environnement algérien».


De nombreuses questions taraudent les esprits des responsables des sociétés étrangères depuis que le gouvernement algérien a opté pour cette nouvelle politique. «Les circulaires du Premier ministre peuvent-elles avoir force de loi et annuler d'autres lois telle que l'ordonnance sur les investissements qui a été adoptée par l'Assemblée populaire nationale
(APN) ?

L'Algérie peut-elle remettre en cause des engagements bilatéraux tels que les accords de protection des investissements ou les conventions de non double imposition?»
, s'interroge ainsi l'un d'entre eux, tout en dénonçant l'approche manichéenne adoptée par le gouvernement qui répartit les investisseurs étrangers en deux catégories : «les méchants prédateurs» et les «bienfaiteurs ». «Il n'y a pas de prédateurs et de bienfaiteurs. Ce qui compte pour un investisseur étranger, c'est la rentabilité. Tout le monde a tiré sur Renault lorsqu'il avait décidé de s'implanter au Maroc, mais personne ne s'est remis en cause et n'a cherché à comprendre pourquoi il a choisi cette destination au lieu del'Algérie», fait-il remarquer.


source :El Watan

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Tizi-ouzou,le blog
  • Tizi-ouzou,le blog
  • : un blog consacré à l'actualité de la ville de Tizi-ouzou et à l'info relatif a la wilaya de Tizi ouzou en reprenant tous les évenements qui se produisent en kabylie et précisement à Tizi ouzou.
  • Contact

Compteur

Recherche

Archives